- Sputnik France, 1920, 12.01.2022
Garanties de sécurité
Des consultations entre la Russie et les États-Unis et la Russie et l'Otan consacrées aux propositions russes sur les garanties de sécurité se sont déroulées en janvier 2022 à Genève et Bruxelles.

Ce qu’il faut retenir de la réunion du Conseil Russie-Otan à Bruxelles

© Sputnik . Alexeï Vitvitski / Aller dans la banque de photosLe siège de l'Otan à Bruxelles
Le siège de l'Otan à Bruxelles - Sputnik France, 1920, 12.01.2022
Deux jours après des consultations Russie-États-Unis à Genève, Moscou et l’Otan se sont penchés sur les propositions russes relatives à la sécurité européenne à Bruxelles. Après quatre heures de discussions, les parties se sont exprimées sur leurs résultats.
Une réunion du Conseil Russie-Otan, deuxième étape des consultations consacrées aux propositions russes sur les garanties de sécurité, s’est déroulée ce mercredi 12 janvier à Bruxelles. Les deux parties ont qualifié les discussions d’utiles, tout en reconnaissant l’existence de nombreuses divergences.

Sécurité en Europe

La Défense russe a accusé l’Otan d’ignorer les initiatives de Moscou sur la sécurité ce qui crée des conditions pour des incidents de conflits, alors que l’Otan a de nouveau qualifié certaines initiatives russes d’inacceptables.
Il s’agit notamment de la politique des portes ouvertes de l'Otan relative à l'adhésion de nouveaux membres, a expliqué la secrétaire d’État adjointe Wendy Sherman.
"La Russie a proposé à plusieurs reprises à l'Alliance de prendre des mesures pour désamorcer la situation. L’Alliance a ignoré les initiatives russes. Cela crée les conditions préalables à des incidents et des conflits et sape les fondements de sécurité", a de son côté indiqué le ministère russe de la Défense.
La Russie compte sur une discussion constructive sur le projet sur les garanties de sécurité afin de parvenir à élaborer des accords dans les plus brefs délais, a déclaré le ministère de la Défense.

Trois enjeux nommés par Moscou

Le ministère russe de la Défense a nommé trois enjeux essentiels dans ses négociations avec l'Otan. Selon le ministre, l’Alliance devrait:
1.
garantir qu’elle ne s'étendra pas vers l'est au détriment de l'Ukraine et d'autres pays
2.
s’engager à ne pas déployer de nouveaux missiles américains de courte et moyenne portée en Europe, car leur déploiement pourrait aggraver radicalement les conditions de sécurité sur le continent
3.
limiter ses activités militaires en Europe et éviter de créer des "contingents avancés".
L’Otan a pour sa part insisté sur son caractère purement défensif en affirmant que ses membres n’avaient jamais été forcés à adhérer. Mme Sherman a en outre noté que les États-Unis n’accepteraient pas l’idée d’arrêter l’élargissement de l’Otan et de ramener les frontières de l’Alliance au niveau de 1997.

"Nous n’accepterons pas la proposition selon laquelle l’Otan doit cesser de s’étendre, nous n’accepterons pas de revenir à 1997 ni que tout ce qui est en Europe [les forces américaines, ndlr] doit quitter l’Europe."

Wendy Sherman
Secrétaire d'État adjointe US
Jens Stoltenberg a en outre évoqué ce mercredi l’adhésion de la Finlande ou de la Suède à l’Otan qui "pourrait être effectuée vite sur le plan technique" si ces pays le souhaitaient.

Relations Russie-Otan

"Les relations Russie-Otan sont à un niveau critique. Cela se produit dans un contexte d'instabilité mondiale, de menaces terroristes, du lancement d'une nouvelle course aux armements, ainsi que de la dégradation complète de l'architecture de sécurité en Europe."

Alexandre Fomine
Vice-ministre russe de la Défense
Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Alexandre Grouchko, a de son côté, constaté l’existence de divergences "fondamentales".

"La conversation a été assez franche, directe, profonde, intense, mais en même temps elle a révélé un grand nombre de divergences sur des questions fondamentales. Et l'une des principales questions est que l'Otan comprend le principe de l'indivisibilité de la sécurité de manière sélective: aux yeux de l'Otan, elle n'existe que pour les membres de l'Alliance, et l'Otan n'entend pas prendre en considération les intérêts de sécurité des autres."

Alexandre Grouchko
Vice-ministre russe des Affaires étrangères
La secrétaire d’État adjointe des États-Unis, Wendy Sherman, a même supposé, dans une interview accordée à MSNBC après les discussions de Bruxelles, que la Russie pourrait ne pas poursuivre le dialogue diplomatique avec l’Otan.
Pourtant, Alexandre Grouchko a de nouveau rappelé que la Russie était ouverte au dialogue.

Missions diplomatiques

L’Otan a exprimé son désir de rouvrir sa représentation à Moscou et la mission russe à Bruxelles.

"Nous regrettons que la Russie ait fermé sa mission auprès de l’Otan et le bureau de l’Otan à Moscou. Nous avons clairement indiqué que nous voulions rétablir [ces missions, ndlr] parce que nous croyons au dialogue", a affirmé le secrétaire général de l’Alliance lors d’une conférence de presse.

La diplomatie russe a déclaré avoir fait acte de cette proposition, tout en refusant de donner immédiatement une réponse. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouchkov a en outre rappelé que Moscou avait proposé il y a longtemps de relancer les contacts entre militaires en vue de prévenir des incidents.

"Mais on nous a toujours déclaré que c’était impossible à cause d’une décision politique prise" en 2014.

Alexandre Grouchko
Vice-ministre russe des Affaires étrangères

Ukraine

Selon M.Grouchko, sur les quatre heures d'entretiens, l'Otan a parlé de l'Ukraine pendant une heure et demie.
"Je ne comprends parfois pas les déclarations de nos partenaires. J'ai lu que M.Blinken avait dit que +pas un mot sur l'Ukraine sans l'Ukraine+. Mais aujourd'hui, nos partenaires ont parlé de l'Ukraine pendant environ une heure et demie sur les quatre heures de nos discussions. C'est la réalité", a précisé le vice-ministre.
Les États-Unis et l’Otan ont menacé la Russie de "conséquences" en cas d'aggravation de la crise autour de l'Ukraine, bien pires qu'en 2014, a déclaré à la presse la secrétaire d'État adjointe américaine Wendy Sherman.
La diplomatie russe a, pour sa part, appelé l'Alliance à cesser d'accorder toute assistance militaire à l'Ukraine en vue d'assurer une désescalade de la situation autour de ce pays.
"La menace pour l'Ukraine, c'est l'Ukraine elle-même, personne d'autre. Le seule question est la mise en œuvre des accords de Minsk", a souligné M.Grouchko. Selon lui, la situation sécuritaire s'améliorera lorsque les accords politiques seront mis en œuvre.

Contrôle des armements

L’Otan s’est dit prête à travailler avec la Russie sur la prévention des conflits, la transparence des exercices et le contrôle des armements, a déclaré à CNN Wendy Sherman à l’issue d’entretiens de Bruxelles.
L’Alliance aimerait aussi relancer les discussions sur les missiles, a-t-elle indiqué en rappelant que la Russie et les États-Unis avaient auparavant signé un accord sur les missiles de moyenne portée que les États-Unis ont par la suite abrogé.
Moscou s’est dit préoccupé par l’intention des pays de l’Otan de baisser le plafond d’utilisation d’armes nucléaires et dénonce la dégradation totale du système de contrôle des armements.

"Cela a commencé par le retrait des États-Unis du Traité sur la défense antimissile (ABM). Ensuite, ils n'ont pas permis aux pays de l'Otan de ratifier l'accord sur l'adaptation du Traité FCE [Traité sur les forces armées conventionnelles en Europe, ndlr], qui était censé devenir la pierre angulaire de la sécurité européenne. Puis, le traité FNI [Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, ndlr] est tombé sous les coups de l'administration américaine en 2021 et le régime du traité Ciel ouvert a été gravement sapé", a-t-il rappelé.

Une nouvelle rencontre en vue?

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a espéré ce mercredi 12 janvier que le Conseil Otan-Russie se réunirait bientôt à nouveau pour mener une discussion plus approfondie, a déclaré Wendy Sherman.
Pour Moscou, il sera clair de savoir si les négociations se poursuivront après que l'Otan aura exposé ses propositions.

"La Russie a laissé entendre qu’elle n’était pas encore prête à fixer une date, mais je salue sa disposition à discuter."

Jens Stoltenberg
Secrétaire général de l'Otan
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала