Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Emmerder" les non-vaccinés? Brigitte Macron se prononce

© AFP 2021 LUDOVIC MARINBrigitte Macron
Brigitte Macron - Sputnik France, 1920, 12.01.2022
S'abonner
Interrogée au sujet des propos polémiques d’Emmanuel Macron sur les non-vaccinés, la Première dame de France a refusé de les commenter, tout comme de donner des conseils à qui que ce soit, soulignant qu’elle-même s’était fait vacciner.
Un avis a été demandé à Brigitte Macron au sujet des propos polémiques du Président de la République qui avait dit avoir très envie "d’emmerder" ceux qui refusent toujours de se faire vacciner.
"Nous en sommes à une semaine de commentaires sur cette question. J’ai décidé de ne plus commenter les commentaires", a tranché la Première dame, invitée ce 12 décembre dans le 13H de TF1.
Avant d’ajouter que lorsqu’elle était professeur de français, elle avait fait "étudier Rabelais qui avait aussi un langage fleuri".
"Je regarde toujours ce qu’il y a derrière cette phrase. Et derrière cette phrase, c’est la situation actuelle à l’hôpital", a-t-elle poursuivi.
Priée de transmettre son propre message aux non-vaccinés, Brigitte Macron a assuré que ce n’était pas à elle de le faire.
"Je ne me permets pas de commenter ce que dit un Président […] Je ne suis pas médecin, je ne suis pas élue. Qui suis-je pour dire aux gens +allez faire ci, allez faire ça+. Ils ne comprendraient pas et je comprendrais qu’ils ne comprennent pas."
Elle a ajouté qu’elle-même s’était fait vacciner sachant qu’il n’existait pas aujourd’hui "d’autres solutions" et qu’elle pourrait éventuellement revenir sur la question "quand il y aura des traitements".
"Ce n’est pas à moi de le dire, je pense savoir où est ma case", a-t-elle encore ajouté.
Les propos du Président de la République au sujet des non-vaccinés ont soulevé une vague de réactions dans tout le pays.

"Un Président déconnecté, voire méprisant"

Pour L'Express, les équipes de Bloom, l’agence spécialisée dans l’analyse des échanges sur les réseaux sociaux pour les marques, ont étudié les conversations, interactions, commentaires et publications en lien avec la fameuse interview du Président sur Facebook, Twitter, YouTube, Instagram, TikTok et des "sites et blogs associés".
L’agence en tire la conclusion que "le registre de langage familier, voire vulgaire, du Président présente un risque parce qu'il alimente un sentiment de manque de respect" à l'égard des Français.
"Le terme +emmerder+ lui-même n'aurait pas résonné de la même façon s'il n'y avait pas eu des précédents. À plusieurs occasions, la parole présidentielle avait déjà été perçue comme condescendante à l'égard de ses concitoyens […] Il existe un risque politique réel pour le chef de l'État à aggraver cette image d'un Président déconnecté, voire méprisant", a conclu Bloom.

Les Français divisés

Les paroles d’Emmanuel Macron ont fait réagir aussi bien de simples Français que des personnalités politiques. De nombreux élus, de droite comme de gauche, se sont insurgés contre cette déclaration.
En visite dans la vallée de la Roya, le 10 janvier, Emmanuel Macron a été accueilli dans la commune de Tende par de nombreux habitants dont une femme qui avait écrit sur ses mains un message au Président: "Je t'emmerde".
Le candidat à la présidentielle Éric Zemmour a pris au mot Emmanuel Macron, le traitant d’"emmerdeur".
Toutefois, le Président a été fermement soutenu par de nombreuses personnalités politiques de son camp, de Gabriel Attal à Christophe Castaner, en passant par Édouard Philippe.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала