Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le personnel positif au Covid, un maire se transforme en cantinier

© AFP 2021 ROMAIN PERROCHEAUUne cantine scolaire
Une cantine scolaire - Sputnik France, 1920, 12.01.2022
S'abonner
À cause du manque de personnel, testé positif au Covid, dans une cantine scolaire, le maire d’un village de la métropole de Dijon a décidé d’assurer personnellement le service des enfants. Il souhaite ainsi attirer l’attention de l’exécutif sur les problèmes des petites communes pendant les pics des vagues épidémiques.
Plusieurs bénévoles, dont le maire de la petite commune d’Ouges (métropole de Dijon, Côte-d’Or), Jean-Claude Girard, sont mobilisés pour assurer la continuité du service de la cantine scolaire locale. La raison: la moitié du personnel est absente à cause du Covid-19.
Le 7 janvier, trois employés municipaux sur les six affectés à la cantine ont été déclarés positifs au Covid, rapporte France Bleu.
Jean-Claude Girard, maire de la commune d’environ de 1.600 habitants, a alors décidé de se transformer en cantinier, avec l’aide de son premier adjoint, de parents bénévoles et d’autres personnels administratifs de la mairie.

Mission réussie

Une centaine d’enfants y déjeunent quotidiennement. Le maire et son équipe doivent faire réchauffer les repas livrés, dresser les tables et assurer le service, mais aussi assurer l’accueil extrascolaire.

"Ce n'est pas trop compliqué. En plus, moi, c'est mon ancien métier, j'ai été cuisinier durant des années au CROUS de Dijon […]. Je pense que ça arrange bien les parents", explique Yves Doussot, premier adjoint au maire.

La municipalité compte assurer le service de la sorte au moins cette semaine.
L’édile espère ainsi faire passer un message à l’exécutif pour qu’il remédie aux "difficultés qu'éprouvent les petites communes" en période de rebond épidémique.
Cette nouvelle équipe semble être appréciée par les enfants.

"Ils sont plus sympas je trouve parce que les autres ils criaient un peu, et quand on parlait trop fort ils sonnaient la cloche", commente auprès de France Bleu l’un des écoliers présents à la cantine.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала