Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Incapacité à défendre raisonnablement son point de vue": Moscou explique la pression US

© AFP 2021 GINTS IVUSKANSOtan
Otan - Sputnik France, 1920, 13.01.2022
S'abonner
L'Otan et la Russie ont constaté leurs divergences sur la sécurité en Europe. Exhortant Moscou à retirer ses troupes des abords de l'Ukraine, les États-Unis, selon l'ambassadeur de Russie à Washington, montrent leur "incapacité à défendre raisonnablement leur point de vue", d’autant plus que toute "invasion imminente" ressemble à un "mythe".
Un deuxième round de négociations sur la sécurité a eu lieu le 12 janvier à Bruxelles. En quatre heures d'entretiens, l'Otan a parlé de l'Ukraine pendant une heure et demie, comme l’a noté la diplomatie russe. Pour une énième fois, les États-Unis et l’Alliance ont menacé la Russie de "conséquences" bien pires qu'en 2014 en cas d'aggravation de la crise. Commentant la rencontre, l'ambassadeur de Russie à Washington, Anatoli Antonov, a dénoncé des tentatives de pression sur la Russie.
"On a l'impression que les politiciens américains, à travers la presse, ont lancé le mythe d'une "invasion russe imminente de l'Ukraine" et surmontent maintenant leurs propres phobies. Par ailleurs, derrière les exigences des législateurs de “punir plus sévèrement” notre pays on voit se cacher une tentative d'influencer la Russie sur fond des négociations sur la sécurité européenne. Cette pression nous montre l'incapacité des États-Unis à défendre raisonnablement leur point de vue à la table des négociations", a déclaré Antonov dans un communiqué.

Assistance militaire US à l'Ukraine

Les réunions à Genève et à Bruxelles ont tenté d’apporter une solution à la crise ukrainienne. Les tensions se sont accrues au cours des derniers mois à proximité de la frontière russe, Washington accusant Moscou de préparer une invasion, ce que le Kremlin a toujours démenti.
Le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Ryabkov avait souligné lors de la rencontre que "nous avons expliqué à nos collègues américains que nous n'avions aucun projet d'attaquer l'Ukraine et que nous ne pouvions en avoir, alors que toutes nos missions de formation au combat sont réalisées sur notre territoire national".
Moscou a à son tour appelé l'Alliance à cesser d'accorder toute assistance militaire à l'Ukraine en vue d'assurer une désescalade de la situation.
Selon CNN et Politico, l’administration Biden a discrètement approuvé en décembre l’envoi d’une aide supplémentaire à l’Ukraine de 200 millions de dollars (175 millions d’euros). Celle-ci comprend du matériel militaire tel que des armes, des munitions, des radios, des pièces de rechange ainsi que du matériel médical. Politico évoque de son côté des systèmes de radar et des équipements maritimes.
Le Département d’État, confirmant l’information auprès de la chaîne, a souligné que cet envoi prendrait du temps, puisqu’une aide de 60 millions de dollars (52 millions d’euros) approuvée l’été dernier est seulement en train d’être finalisée. Contacté par Politico, un conseiller du Président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé que ce matériel "permettra à l’Ukraine d’infliger des dommages supplémentaires à la Russie, mais ne modifierait pas significativement le résultat" en cas de conflit ouvert.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала