Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une ministre à l’origine de 180 descentes de police dans un restaurant près de Paris?

Au restaurant - Sputnik France, 1920, 13.01.2022
S'abonner
Emmanuel Wargon, ministre du Logement, aurait ordonné de mener des opérations de police contre un restaurant à Saint-Mandé, accusé de nuisances sonores, écrit Le Canard enchaîné. Son cabinet dit que le responsable en est le maire de la commune, mentionné également dans une pétition signée par des riverains qui protestent contre le bruit.
Selon les informations du Canard enchaîné, la ministre du Logement, Emmanuel Wargon, aurait été à l’origine de 180 descentes de police en six mois visant un restaurant-dancing situé près de son domicile à Saint-Mandé.
Pour cause: les nuisances sonores en provenance de l’établissement qui auraient perturbé son sommeil jusqu'à la conduire à demander à la préfecture de faire tout son possible afin de le fermer, explique le journal satirique.
Situé dans le bois de Vincennes, le Chalet du Lac indique sur son site disposer d’une piste de danse de 600 mètres carrés, organisant régulièrement des soirées qui peuvent durer jusqu’au petit matin.

Opérations infructueuses

Depuis l’été dernier, l’établissement aurait ainsi fait l’objet de multiples interventions pour diverses raisons, poursuit Le Canard enchaîné.
C’est justement début juin qu’il a transformé un ancien parking en une immense plage artificielle avec transats, brumisateur, douche, baby-foot, barbecue et bar à cocktails, sans oublier la musique.
Des policiers du quartier, la Brigade de répression du proxénétisme (BRP) et la brigade anticriminalité, ainsi que des services d’hygiène s’y sont rendus afin d’y déceler le moindre défaut, écrit le journal. Aucun résultat. Même le niveau de bruit mesuré n’aurait été que de 74 décibels, soit trois fois moins que la limite autorisée.

Des plaintes de riverains

Cependant, de nombreux riverains semblent se plaindre depuis deux ans des nuisances sonores émanant du Chalet du Lac dont la superficie totale est 3.000 mètres carrés, note Actu17 dans un article publié en juin dernier. On entend la musique même à travers le double vitrage et les boules quies, a affirmé une habitante du quartier cité par le quotidien. De plus, les riverains ont déploré la pollution et la saleté à proximité après les soirées ainsi que le manque de sécurité.
Ayant pour but de diminuer le bruit, une pétition "avec le soutien de la mairie de Saint-Mandé" a été lancée en septembre 2020, signée à ce 13 janvier par environ 300 personnes.
Des allégations qui ont été réfutées par le directeur du Chalet du lac. Il a déclaré avoir réalisé des études acoustiques chez chaque plaignant, en collaboration avec la mairie et la préfecture. "Dès l’étude réalisée, nous avons mis des limites de son", conclut-il auprès d’Actu 17.
Après toutes ces opérations réalisées par les forces de l’ordre, la direction envisagerait de porter plainte contre la préfecture pour harcèlement, pointe Le Canard enchaîné.
Contacté par le journal, le cabinet de la ministre a nié l’implication de Mme Wargon dans l’affaire, avançant que c’était le maire, Julien Weil, qui avait engagé ces interventions policières. Celui-ci ne s’est toutefois jamais prononcé sur les faits publiquement.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала