Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
Palais de l'Elysée  - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
Présidentielle 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Manuel Valls prochainement de retour sur la scène politique française? - vidéo

© Sputnik . Irina Kalashnikova / Aller dans la banque de photosManuel Valls
Manuel Valls - Sputnik France, 1920, 14.01.2022
S'abonner
Les dernières prises de position tranchées de l’ancien Premier ministre sur la situation politique française laissent penser qu’il souhaiterait à nouveau occuper un rôle de premier plan.
Manuel Valls, qui a quitté l’Espagne en août dernier après avoir échoué à conquérir la ville de Barcelone et est rentré pour se mettre au service de la France, a envie de gouverner. Sur Europe 1, dans l’émission Punchline, Laurence Ferrari a demandé à l’ex-Premier ministre s’il se tenait prêt à jouer un rôle dans "cette nation française qu’il aime".
Si M.Valls a d’abord indiqué qu’il ne savait pas, mais que l’expérience d’un ancien Premier ministre doit servir à cela avant d’être plus précis.
"Je suis très franc: si un jour, j'ai la possibilité de gouverner de nouveau, de participer à l'action du pays... C'est mon ADN, je suis fait pour cela."
L’ancien homme fort de Matignon a ensuite justifié son affirmation en rappelant son parcours.
"On l’a vu, faut avoir un peu d’expérience, c’est un métier."
Malgré tout, il a souligné que cela dépendait des circonstances et qu’il se sentait libre de dire les choses telles qu’il les pense. Il a ensuite reproché que l’on n’utilise pas assez l’expérience des uns et des autres, faisant ainsi table rase alors que ce regard sur les affaires intérieures et extérieures est utile, selon lui, avec méthode et modération, afin de trouver un compromis.

Des prises de position récentes tranchées

Le 6 janvier dernier sur RTL, l’ex-Premier ministre a commenté la désormais fameuse déclaration d’Emmanuel Macron. Il avait alors affirmé que la phrase peut choquer, mais qu’il n’est jamais contre la transgression. Il a souhaité remettre la phrase dans son contexte en rappelant que lorsque le Président de la République a prononcé cette phrase dans son interview au Parisien, il répondait à une infirmière avant de préciser son point de vue:
"Si je voulais copier le Président de la République de cette manière: c'est eux qui nous... embêtent", hésite Manuel Valls. "Qui nous emmerde! Puisque c'est ça le terme. C'est eux!".
En ce qui concerne la situation de la gauche, l’ex-Premier ministre a accordé un entretien à Ouest-France dans lequel il donne un diagnostic clair sur leurs chances pour le prochain scrutin.

"La gauche va vers un désastre politique historique"

M.Valls explique cela par l’impossibilité d’une union des gauches avec les écologistes liée aux désaccords trop nombreux entre les différents mouvements. En ce qui concerne le Parti socialiste, il affirme que le PS a perdu sa capacité de l’emporter à cause des frondeurs et la primaire qu’il a perdue en 2017.
Le 13 janvier, sur le plateau de LCI, il a livré sa vision de la campagne d’Éric Zemmour. Pour M.Valls, son projet est d’unifier les droites et surtout de rompre avec le fameux cordon sanitaire. L’ex-Premier ministre reproche au candidat de faire appel à l’histoire, de manipuler les chiffres, pour permettre cette fusion. Selon lui, d'une certaine manière, Zemmour a déjà gagné, peu importe son score au 1er tour.

Un exil à Barcelone qui a tourné court

Manuel Valls avait annoncé qu’il allait candidater pour les élections municipales de 2019 à Barcelone le 25 septembre 2018, démissionnant par la même occasion de son mandat de député. En 2019, sa liste est arrivée à la quatrième position en obtenant 13,2% des suffrages exprimés et six sièges au conseil municipal.
Malgré cet échec, l’ancien Premier ministre avait assuré vouloir continuer sa carrière politique à Barcelone:
"Ma candidature était un défi difficile, et je le savais depuis le début. Mais maintenant, mon engagement pour Barcelone continue."
En mars 2021, le Tribunal des comptes espagnol a épinglé Manuel Valls dans un rapport pour des dépenses de campagne non déclarées, poussant ainsi l’élu vers la sortie.
Le 31 août 2021, il démissionne de son mandat de conseiller municipal de Barcelone pour rentrer en France, mettant ainsi fin à sa parenthèse catalane.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала