Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur
 - Sputnik France, 1920, 12.01.2022
Garanties de sécurité
Des consultations entre la Russie et les États-Unis et la Russie et l'Otan consacrées aux propositions russes sur les garanties de sécurité se sont déroulées en janvier 2022 à Genève et Bruxelles.

Moscou nomme "une autre ligne rouge" après ses négociations avec l’Otan

© Sputnik . Maxime Blinov / Aller dans la banque de photosLe Kremlin et le ministère russe des Affaires étrangères
Le Kremlin et le ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik France, 1920, 14.01.2022
S'abonner
La Russie n’acceptera pas un éventuel déploiement d’armes offensives des États-Unis et de leurs alliés sur le littoral de la mer d’Azov en Ukraine, a assuré Sergueï Lavrov. Selon lui, l’Occident cherche à "créer en permanence des irritants" le long des frontières russes.
Même si l’Ukraine n’adhère pas à l’Otan, l’éventuel déploiement d’armes offensives et de bases militaires américaines sur le littoral de la mer d’Azov constituera pour Moscou "une autre ligne rouge", a déclaré ce vendredi 14 janvier le ministre russe des Affaires étrangères.

"Même en cas de non-adhésion de l’Ukraine à l’Otan, restent possibles des ententes bilatérales avec les Américains, les Britanniques, avec d’autres pays occidentaux implantant des installations militaires, des bases près de la mer d’Azov", a fait valoir Sergueï Lavrov.

Pour la Russie, une telle situation est également inacceptable, assure le ministre.
"Le déploiement sur le territoire de nos voisins, y compris l’Ukraine, d’armes offensives qui présenteront une menace pour la Russie serait une autre ligne rouge", a-t-il expliqué.

Moscou veut un "équilibre des intérêts"

Selon M.Lavrov, les États-Unis et leurs alliés cherchent toujours à "asseoir leur domination" sur le continent européen.
"Ils veulent mettre en place des têtes de pont militaires autour de la Fédération de Russie, ils veulent créer en permanence des irritants pour nous le long de nos frontières", a indiqué le ministre, accusant l’Occident de violer la Charte de sécurité européenne signée à Istanbul en 1999.
Pour sa part, la Russie estime que toute question relative à la sécurité mutuelle de la Russie et de l’Otan doit être résolue sur la base d’un "équilibre des intérêts", a poursuivi M.Lavrov.

Des "centaines" de militaires occidentaux en Ukraine

Le chef de la diplomatie russe a également reproché à l’Occident ses livraisons d’armes aux autorités de Kiev, qui poussent selon lui ses dernières à régler manu militari la crise qui affecte le sud-est de l’Ukraine. Il a constaté la présence sur le sol ukrainien de "plusieurs centaines" de militaires américains et britanniques, bien que cela soit contraire aux accords de Minsk.
Les déclarations de M.Lavrov interviennent dans le sillage des récentes discussions Russie-États-Unis et Russie–Otan au sujet des projets de garanties de sécurité proposés par Moscou. Au terme des négociations, Washington et l’Alliance atlantique ont laissé entendre qu’ils rejetaient l’idée de mettre fin à la "politique des portes ouvertes" de l’Otan, qui constituait une des propositions clés de Moscou.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала