Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

USA: des miliciens d'extrême droite inculpés pour complot séditieux

© Sputnik . Stringer / Aller dans la banque de photosAssaut du Capitole à Washington par des pro-Trump
Assaut du Capitole à Washington par des pro-Trump - Sputnik France, 1920, 14.01.2022
S'abonner
Le fondateur des Oath Keepers ("Gardiens du Serment"), Stewart Rhodes, et dix membres présumés de la milice d'extrême droite ont été inculpés jeudi par le parquet fédéral américain de complot séditieux pour leur rôle dans l'assaut meurtrier contre le Capitole, à Washington, le 6 janvier 2021.
D'après les procureurs, Stewart Rhodes a prévenu son groupe, dans les jours ayant précédé l'attaque contre l'un des emblèmes de la démocratie américaine, qu'il fallait se préparer à un "combat sanglant et désespéré".
Alors que les autorités ont procédé depuis lors à plusieurs centaines d'arrestations, c'est la première fois que des suspects sont inculpés de complot séditieux, défini comme une tentative de "renverser, faire s'écrouler ou détruire par la force le gouvernement des Etats-Unis".
Plusieurs milliers de partisans de l'ancien président Donald Trump, qui était à l'époque toujours le locataire de la Maison blanche, ont mené un assaut contre le Capitole dans l'objectif d'empêcher le Congrès de certifier la victoire de Joe Biden lors de l'élection présidentielle de novembre 2020.
"Nous allons avoir un combat", a dit Stewart Rhodes à ses alliés via l'application de messagerie Signal, d'après les procureurs. "Cela ne peut pas être évité".
Selon l'acte d'inculpation, Stewart Rhodes aurait commencé à envoyer en novembre 2020 (l'élection présidentielle a eu lieu le 3 novembre 2020, NDLR) des messages à ses suiveurs pour leur demander de s'opposer par la force au transfert du pouvoir à la Maison blanche.
Les Oath Keepers sont un groupe d'activistes qui pensent que le gouvernement fédéral empiète sur leurs droits et qui s'évertuent à recruter en priorité d'anciens et d'actuels membres de la police, de l'armée et des services de secours.
Parmi les onze personnes inculpées jeudi, neuf étaient déjà visées par d'autres accusations liées à l'attaque contre le Capitole.
Des membres d'autres groupes d'extrême droite, dont les Proud Boys, ont aussi été inculpés pour leur participation dans l'assaut.
Après sa défaite électorale face à Joe Biden, Donald Trump a répété des accusations sans fondement selon lesquelles la victoire de son rival démocrate résultait d'une vaste fraude. Il a réitéré ses accusations lors d'un discours incendiaire près de la Maison blanche, avant qu'une foule de ses partisans ne prennent la direction du Capitole.
Plus tôt ce mois-ci, au cours d'un discours pour commémorer le premier anniversaire de l'attaque, Joe Biden a accusé Donald Trump d'être encore aujourd'hui une menace pour la démocratie.
Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала