- Sputnik France, 1920, 12.01.2022
Garanties de sécurité
Des consultations entre la Russie et les États-Unis et la Russie et l'Otan consacrées aux propositions russes sur les garanties de sécurité se sont déroulées en janvier 2022 à Genève et Bruxelles.

"Nous nous trouvons au bord du gouffre": l’ambassadeur russe aux USA sur la coopération sécuritaire

© Sputnik . Mikhail TurgiyevAnatoli Antonov
Anatoli Antonov - Sputnik France, 1920, 15.01.2022
Moscou veut recevoir des réponses écrites de l’Otan et des États-Unis à ses projets de garanties de sécurité pour décider de l’utilité de la coopération ultérieure en la matière, a déclaré l’ambassadeur russe à Washington.
Les récentes discussions Russie–Otan et Russie–États-Unis n’ont pas apporté de résultat substantiel, a indiqué l’ambassadeur russe à Washington Anatoli Antonov dans un commentaire accordé au magazine Newsweek et publié sur la page Facebook de la mission diplomatique.
"Nous attendons de Washington et de Bruxelles des réponses écrites à nos projets d’accords. Sur la base de ces éventuelles réponses, nous déciderons de l’utilité de notre coopération ultérieure", a déclaré M.Antonov.
Selon lui, l’"extension continue" de l’Alliance atlantique vers l’est constitue "l’une des principales menaces à la sécurité nationale de la Russie", qui juge inacceptable "le déploiement de systèmes de missiles et d’autres armements déstabilisateurs" dans les ex-Républiques soviétiques.
"Cela multipliera les risques d’escalade et de confrontation militaire directe dans la région et au-delà. Tout a ses limites. Nous nous trouvons en effet au bord du gouffre", a constaté l’ambassadeur.

Bruxelles et Washington peu enthousiastes

Plus tôt dans la semaine, les États-Unis et l’Alliance atlantique ont laissé entendre qu’ils rejetaient l’idée de mettre fin à la "politique des portes ouvertes" de l’Otan. Cette mesure constituait pourtant une des propositions clés contenues dans les projets de garanties de sécurité proposés par Moscou à l’Occident sur fond de nouveau regain de tensions autour de l’Ukraine.
Par la suite, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a fait valoir que l’éventuel déploiement d’armes offensives et de bases militaires américaines sur le littoral de la mer d’Azov constituerait pour Moscou "une autre ligne rouge" même si l’Ukraine n’adhérait pas à l’Otan.
Le chef de la diplomatie russe a également assuré que son pays était prêt à n’importe quelle sanction qui pourrait être imposée à son encontre, jugeant que les "partenaires occidentaux" de Moscou étaient "capables de tout".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала