L’ex-ambassadeur de France en Côte d’Ivoire sanctionné après des accusations de violences sexuelles

CC BY-SA 3.0 / David Monniaux / Quai d'Orsay dsc06518Le siège du ministère français des Affaires étrangères, sur le Quai d'Orsay à Paris
Le siège du ministère français des Affaires étrangères, sur le Quai d'Orsay à Paris - Sputnik France, 1920, 17.01.2022
Après deux ans d’enquête, l'ancien ambassadeur de France en Côte d’Ivoire Gilles Huberson a été mis à la retraite d'office suite à des accusations de propos sexistes et de violences sexuelles à l’encontre de ses subordonnées. L’ex-diplomate indique vouloir faire appel devant le Conseil d’État.
Fin de l’omerta? Gilles Huberson, 61 ans, ancien ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, a été mis à la retraite d’office par mesure disciplinaire le 15 novembre 2021, selon un document interne consulté par Mediapart.
En cause, des présumées violences sexuelles et sexistes à l’encontre d’au moins deux de ses subordonnées. Les faits se seraient déroulés au Mali où le diplomate a été ambassadeur de 2013 à 2016, puis en Côte d’Ivoire en 2017.
Les femmes ont livré leur témoignage à la cellule d’écoute "Tolérance zéro" mise en place en 2018 pour les personnels du Quai d’Orsay victimes de violences sexistes et sexuelles. Une enquête administrative a été lancée en septembre 2020.
Un décret interne daté du 15 novembre 2021 et non publié au Journal officiel, que Mediapart a consulté, note que Gilles Huberson a procédé à des "agissements constitutifs de harcèlement sexuel" et émis répétitivement des "propos à connotation sexuelle". De plus, le diplomate a agressé l’une d’elles en l’embrassant de force, précise le document.
Le décret est signé par Emmanuel Macron, Jean Castex et Jean-Yves Le Drian. L’affaire ne sera pas traduite au pénal, et le parquet n’a pas été saisi.

"Nous sommes satisfaites de l’appréciation juste de la situation et du fait que ces comportements vis-à-vis des femmes ne peuvent perdurer et, a fortiori [lorsqu’ils sont perpétrés] par un haut représentant de l’État", commente auprès du média l’avocate des plaignantes, Me Corinne Dreyfus-Schmidt.

Les avocats de l’ex-diplomate comptent faire un recours devant le Conseil d’État en février. En 2020, des gendarmes assurant la sécurité de Gilles Huberson et présents donc à ses côtés affirmaient n’avoir jamais rien remarqué de suspect. L’affaire a éclaté à près d’un mois de la présidentielle en Côte d'Ivoire, laissant ainsi place à des spéculations sur le prétendu volet politique de l’affaire.

"Il faut que je te décoince"

Bien que dans ce genre de dossiers les victimes soient réticentes à parler, certaines n’hésitent pas à témoigner. C’est le cas d’une ex-employée de l’ambassade du Qatar à Paris. La femme, 27 ans à l’époque des faits, a porté plainte en février 2017 pour harcèlement sexuel à l’encontre du secrétaire privé de l’ambassadeur.
Ce dernier lui a à plusieurs reprises envoyé des messages déplacés du type "Je pense que tu es coincée et qu’il faut que je te décoince" ou "Tu veux un bon massage?". Un autre diplomate aurait lui essayé de l’embrasser. Deux ans après avoir été embauchée, elle a été licenciée, après avoir refusé les avances de ses supérieurs.
La même année, un ancien ambassadeur de France auprès du Conseil de l’Europe, Paul Dahan, a été condamné par le tribunal parisien à 10.000 euros d’amende avec sursis pour harcèlement moral sur une agente contractuelle du ministère des Affaires étrangères. Il devait verser 20.000 euros de dommages et intérêts à la victime.
La représentante du ministère public avait fait état des "humiliations à répétition" infligées à la jeune femme, 25 ans au moment des faits, et des "plaisanteries grivoises" faites entre septembre 2009 et fin octobre 2010.
La défense de la partie civile s’est réjouie de la décision "symbolique", une première dans son genre.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала