Tournée de De Mistura au Maghreb: quelle chance pour la paix au Sahara occidental?

© AFP 2022 Fabrice COFFRINIStaffan de Mistura
Staffan de Mistura - Sputnik France, 1920, 19.01.2022
Dans un entretien à Sputnik, le conseiller politique du Président sahraoui, Bachir Mustapha Sayed, évalue la portée et les résultats de la tournée de l’envoyé spécial de l’Onu pour le Sahara occidental, dans la région. Pour lui, le contexte régional et international change, créant les conditions pour une percée dans la résolution du conflit.
L’envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental, l’Italo-suédois Staffan de Mistura, a entamé le 12 janvier une première tournée au Maghreb qui prend fin ce 19 janvier. Après un passage jeudi et vendredi au Maroc où il a rencontré notamment le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita, qui a réaffirmé la position de son pays, il s’était rendu samedi et dimanche aux camps de réfugiés sahraouis à Tindouf (sud-ouest de l’Algérie) où il s’est entretenu avec le Président de la République arabe sahraouie démocratique, Brahim Ghali, et d’autres responsables et militants de la société civile. Après une visite lundi en Mauritanie où une audience lui a été accordée par le Président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazaouani, il arrive ce mercredi à Alger pour un entretien avec les hautes autorités du pays.
Que peut apporter cette visite quant à la relance du dialogue politique entre le Maroc et le Polisario? L’envoyé spécial de l’Onu a-t-il les moyens de mettre en branle un plan de résolution du conflit? À quoi s’attendre concernant le rétablissement de la paix dans la région? Y a-t-il un espoir de retour à des négociations directes pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination, à l’aune des nouvelles positions des grandes puissances et des enjeux afférents?
Au micro de Sputnik, le ministre d’État sahraoui responsable des Affaires politiques auprès du Président de la République, Bachir Mustapha Sayed, frère du père fondateur du Front Polisario El-Ouali Mustapha Sayed, assure que "toute mesure gardée, la visite de l’envoyé spécial de l’Onu a un côté très positif. Cependant, son action pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination demeure assujettie aux décisions et à la feuille de route émises par le Conseil de sécurité de l’Onu". Par ailleurs, évoquant le contexte international et régional, il estime que "des fenêtres de tir s’ouvrent pour donner un coup de pouce au processus de résolution du conflit".

Cette visite a "dégonflé la propagande marocaine"

"S’il y a un côté réussi de la visite de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental, c’est le fait qu’il se soit enquis personnellement de la situation des réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf, ce qui a permis de dégonfler la propagande marocaine bâtie de toutes pièces sur des contrevérités et des mensonges éhontés, concernant les conditions de vie des réfugiés, présentés comme de l’argent comptant à la communauté internationale", affirme M.Mustapha Sayed.
Et d’ajouter que "malgré les conditions difficiles que connaissent les camps, notamment dans le contexte de la pandémie de Covid-19, M.de Mistura a vu par lui-même que les réfugiés vivent normalement et jouissent des services de base, notamment les soins de santé nécessaires pour faire face à cette maladie. Les Sahraouis qui sont venus à sa rencontre ont fait preuve d’un optimisme et d’un pacifisme éclatants, donnant l’image d’un peuple qui veut vivre en paix avec tous les peuples de la région, mais dans la liberté, la dignité et la prospérité".

"Obliger le Maroc à s’asseoir à la table des négociations"

Par ailleurs, il pointe le fait que le diplomate onusien "n’a pas visité la totalité du territoire du Sahara occidental, ce qui laisse un arrière-goût d’une visite +ambiguë et incomplète+. En effet, sans visiter la partie du territoire sous occupation marocaine, où les Sahraouis souffrent le martyre à cause des graves violations des droits de l’homme et des emprisonnements arbitraires, et la partie libérée sous administration du Front Polisario, mais qui subit également les attaques des forces marocaines dans le but de l’annexée, la tournée de M.de Mistura se trouve amputée d’une bonne partie de la vérité sur la situation complète au Sahara occidental".
Dans le même sens, il rapporte que "lors des discussions, le Front Polisario a fait part à l’envoyé spécial de sa sincère intention d'engager un dialogue sérieux et sans condition avec la partie marocaine sous la supervision de l’Onu. Toutefois, il est clair que le retour aux pourparlers directs ne signifie pas nécessairement l'arrêt de la lutte armée, qui va s'intensifier et se renforcer dans le futur pour obliger le Maroc à s’asseoir à la table des négociations".
Néanmoins, pour Bachir Mustapha Sayed, "un changement radical dans l’approche du Conseil de sécurité de l’Onu, en particulier ses membres permanents, dans la résolution du conflit au Sahara occidental, est capital. En effet, il y a lieu de définir une feuille de route claire et nette, qui ne laisse aucune place aux interprétations floues et équivoques, à Staffan de Mistura avec un agenda fixe et les garanties nécessaires pour la mise en application des résolutions, instituant le droit des Sahraouis à l’autodétermination. À défaut, la mission de ce dernier connaîtra, malheureusement, la même fin que celles de ses prédécesseurs: un échec total".

"Personne n’a intérêt à la guerre"

À ce titre, l’interlocuteur de Sputnik avertit qu’il "faut bien être conscient qu’en cas d’échec ou de démission de l’actuel envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu, c’est le statu quo qui va s’éterniser. Or ce statu quo est celui de la guerre depuis que les forces armées marocaines sont intervenues en novembre 2020 pour prendre le contrôle du passage frontalier de Guerguerat, suite à laquelle le Président Ghali a décidé de suspendre l’engagement du Front Polisario au respect de l’accord de cessez-le-feu entre les deux parties conclu en septembre 1991".

Ainsi, selon lui, "il est évident que le peuple sahraoui n’acceptera en aucun cas d’être dupé encore une fois, pour trois autres décennies, avec les mêmes engagements, jamais tenus par la communauté internationale, de lui assurer son droit à l’autodétermination. Personne n’a intérêt à la guerre, qui pourrait faire basculer toute la région dans un conflit ouvert et total aux conséquences incalculables, dans un contexte où le Maroc bombe de plus en plus le torse depuis qu’il s’est jeté dans les bras de l’État hébreu, après un ridicule message publié par Trump sur Twitter, lui faisant miroiter l’illusion de la souveraineté sur le Sahara occidental".

"Des fenêtres de tir s’ouvrent"?

Il est de notoriété publique, comme l’a rappelé le 6 janvier à l’Assemblée nationale française le représentant du Front Polisario en Europe et au sein de l’Union européenne Oubi Bouchraya Bachir, que la France assume une lourde responsabilité dans le blocage du processus de résolution du conflit au Sahara occidental. En effet, au Conseil de sécurité, Paris a systématiquement rejeté toute perspective de référendum d’autodétermination, menaçant même de recourir à son droit de veto. Dans le même état d’esprit, la France a tout fait au sein de l’Union européenne pour maintenir en vigueur l’application des accords d’agriculture et de pêche UE-Maroc, incluant les produits issus des territoires sahraouis sous administration marocaine, pourtant annulés par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).
Outre la France, les États-Unis sous Donald Trump ont également soutenu le Maroc dans cette logique. Or, le 20 octobre 2021, le Sénat des États-Unis a mis son veto à l’ouverture d’un consulat américain dans la ville de Dakhla, au Sahara occidental. En juin de la même année, la commission des Affaires étrangères de la chambre des représentants avait bloqué le projet du consulat de Dakhla et la vente de drones MQ-9B au Maroc. Enfin, l’introduction dans la loi de finances 2021-2022 d’une clause limitant le soutien à l’armée marocaine pour les exercices bilatéraux ou multilatéraux.
Ainsi, Bachir Mustapha Sayed estime que "suite à la crise diplomatique entre la France et l’Algérie déclenchée par les propos d’Emmanuel Macron sur la Nation algérienne, le Président Tebboune a conditionné toute normalisation des relations avec Paris par un respect mutuel de la dignité et des intérêts de chacun. Ceci est de bon augure, car les Algériens n’accepteront jamais que des puissances étrangères viennent alimenter des conflits qui pourraient nuire à sa sécurité nationale, à l’instar de ce qui s’est passé en Libye. Ceci ajouté au revirement dans la politique américaine en attendant une position officielle, et le grand intérêt que l’Otan porte à l’adresse de l’Algérie dans la lutte antiterroriste, nous pensons que des fenêtres de tir s’ouvrent pour promouvoir une solution radicale au Sahara occidental avec l’appui de toute la communauté internationale".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала