Un nouveau sous-variant d’Omicron circule en Belgique, faut-il s'inquiéter?

© Photo Pixabay/shameersrkUn médecin (image d'illustration)
Un médecin (image d'illustration) - Sputnik France, 1920, 20.01.2022
Un sous-variant d’Omicron, déjà à l’œuvre en Belgique et au Danemark, inquiètent les autorités médicales. Cette souche serait plus difficile à détecter que les précédentes.
Alors que les chiffres des contaminations continuent d’exploser en Belgique, avec un taux de positivité de 33% enregistré récemment, un nouveau sous-variant intrigue les autorités.
Baptisé BA.2, ce sous-variant d’Omicron représentait 1,1% de toutes les nouvelles infections détectées ce 18 janvier, a déclaré le virologue Piet Maes selon l’agence de presse Belga.
Ce sous-variant a été découvert pour la première fois en Belgique le 26 décembre et présente une série de mutations semblable à son cousin le BA.1. Il sévit également dans d’autres pays.
"Il semble responsable de la poursuite de l'épidémie au Danemark. Il pourrait même être devenu majoritaire dans ce pays […] Pour l'heure, nous avons peu de données sur sa virulence ou sur sa capacité d'échappement", explique ainsi à La Dépêche du Midi Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de l'université de Genève.
Le BA.2 pourrait également s’être introduit en France et "être à l'origine de l'augmentation très récente des contaminations", ajoute le spécialiste. Pour l’heure, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne l’a pourtant pas classé comme un variant préoccupant.

"Omicron furtif"

Le sous-variant BA.2 a également tendance à passer sous les radars. Lors des tests PCR, sa différence avec le Delta semble peu marquée, et les deux versions peuvent aisément être confondues, explique ainsi au Het Laatste Nieuws le biostatisticien Tom Wenseleers de la Katholieke Universiteit Leuven.
Une caractéristique qui vaut même à ce sous-variant le surnom d’"Omicron furtif". Si sa contagiosité reste pour l’heure à apprécier, BA.2 pourrait se montrer plus résistant à notre immunité, précise encore Tom Wenseleers.
Les scientifiques belges comptent désormais sur les données danoises pour en savoir plus, car la structure d’âge de la population et le nombre de vaccinés sont sensiblement les mêmes dans les deux pays.
Début janvier, un nouveau variant était également apparu dans le sud de la France, infectant plusieurs personnes dans la région de Forcalquier. Baptisée B.1.640.2, la souche avait vraisemblablement été rapportée du Cameroun après un voyage, selon une étude de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection. L’OMS avait cette fois-ci fait part de ses préoccupations.
Depuis fin décembre, la Belgique doit faire face à une nouvelle flambée des contaminations, due au variant Omicron. Ce 17 janvier, le plat pays avait enregistré un record avec plus de 60.000 cas détectés. Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, avait lui-même dû être placé en quarantaine après avoir eu un contact à haut risque.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала