Crise à la frontière mexicaine: Biden ne sait plus quel côté enfiler de sa veste réversible

© REUTERS / EVELYN HOCKSTEINLe Président américain Joe Biden
Le Président américain Joe Biden - Sputnik France, 1920, 21.01.2022
Un anniversaire marqué par la crise migratoire. En poste depuis un an, Joe Biden doit résoudre l’appel d’air qu’il a lui-même créé. Quitte à marcher dans les pas de Donald Trump. Un pari politiquement risqué à onze mois d’élections de mi-mandat décisives.
L’administration Biden achève une première année de mandat difficile, marquée par une crise migratoire historique à la frontière mexicaine. Du 1er octobre 2020 au 30 septembre 2021, la police aux frontières a appréhendé 1.659.206 migrants illégaux. Du jamais-vu depuis 1986. Ils étaient 400.000 l’année fiscale précédente, soit quatre fois moins.
Tant bien que mal, le secrétaire à la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas a défendu au micro de CBSle bilan démocrate. À l’en croire, les successeurs de Donald Trump auraient "fondamentalement changé" l’application de la législation sur l’immigration. Or, si sur le papier Joe Biden a bien suspendu plusieurs mesures de son prédécesseur sur la question migratoire au moment de son arrivée à la Maison-Blanche, la réalité de son exercice du pouvoir raconte une autre histoire.

1.659.206 migrants illégaux à la frontière des États-Unis

Dans leur écrasante majorité, les individus ont été reconduits à la frontière. Pourtant, lorsqu’il était candidat, l’actuel pensionnaire de la Maison-Blanche avait appelé à créer une voie simplifiée vers la citoyenneté pour les immigrants sans papiers, tout en accusant le Président Trump de racisme.
C’est sans doute ces promesses d’accueil qui ont provoqué un appel d’air que Joe Biden, désormais aux manettes, ne contrôle plus. En attestent les près de 212.000 arrestations et reconductions à la frontière tous les mois.

"Ne venez pas. Ne venez pas."

Confronté à ce qui est considéré comme une crise humanitaire à la frontière, le 46e Président des États-Unis a donc rapidement fait volte-face.
Dans le discours d’abord, Joe Biden, soucieux de ne pas écorner son image, a missionné en Amérique latine sa vice-Présidente Kamala Harris pour tâcher de contenir l’incendie politique qu’il avait lui-même allumé. Ainsi, la candidate malheureuse à la présidentielle de 2020 s’est déplacée au mois de juin au Guatemala, l’un des pays d’où proviennent nombre de migrants qui tentent de se rendre aux États-Unis. Depuis cet État d’Amérique centrale, Kamala Harris a eu des mots forts pour les Guatémaltèques et leurs voisins: "Je veux être claire avec les personnes de la région qui envisagent de faire ce dangereux voyage à la frontière entre les États-Unis et le Mexique: Ne venez pas. Ne venez pas", a-t-elle martelé, un temps sur un ton ferme, un temps sur un ton désespéré.
Des propos qui lui ont valu un torrent de critiques. De la part des Guatémaltèques –la vice-présidente a été accueillie après son discours par des manifestants au Guatemala qui lui lançaient "Trump a gagné" et "Rentrez chez vous"–, mais aussi de la part de sa famille politique démocrate. En tête, la jeune et très médiatique élue du Congrès Alexandra Ocasio-Cortez, figure de proue de l’aile gauche du Parti démocrate.
"Premièrement, demander l’asile à n’importe quelle frontière américaine est une méthode d’arrivée 100% légale", a rappelé sur son compte Twitter l’élue, aussi connue sous le nom d’AOC.
"Deuxièmement, les États-Unis ont passé des décennies à participer au changement de régime et à la déstabilisation en Amérique latine. Nous ne pouvons pas contribuer à mettre le feu à la maison de quelqu’un et ensuite lui, reprocher de fuir", a-t-elle poursuivi. Un message repris à l’unisson par l’ensemble de l’aile gauche du Parti démocrate.

Biden reprend-il la construction du mur de Trump?

Dans les actes également, la politique menée par Joe Biden semble bien éloignée de ses promesses de campagne. Pire, celui-ci aurait même commis l’irréparable aux yeux de nombreux démocrates en poursuivant certaines politiques de son prédécesseur républicain. En effet, la principale mesure frontalière américaine depuis le début de la présidence Biden a été de conserver une règle d’urgence mise en place en mars 2020… par l’administration Trump. Connue sous le nom de "Title 42", elle permet aux agents frontaliers américains d’expulser rapidement les migrants vers le Mexique ou leur pays d’origine sans les examiner pour obtenir l’asile. Sur la base de cette mesure, les États-Unis ont reconduit presque toutes les personnes –à l’exception des enfants mineurs non accompagnés– qui ont tenté la traversée depuis l’arrivée de Biden à la Maison-Blanche.
Malgré les critiques des défenseurs des droits de l’homme, l’administration Biden a soutenu ces expulsions devant les tribunaux fédéraux, arguant qu’elles étaient nécessaires pour freiner la propagation du coronavirus dans les lieux de détention. Un leurre, estiment certains Démocrates qui accusent le chef de l’État de se cacher derrière cette règle pour poursuivre une politique migratoire dure héritée de Donald Trump.
Assaut du Capitole à Washington par des pro-Trump - Sputnik France, 1920, 06.01.2022
Un an après l’assaut du Capitole, les promesses d’union de Biden n’ont jamais sonné si creux
Ultime flatterie involontaire de Joe Biden à son prédécesseur: en mai dernier, le chantier gelé du mur voulu à la frontière par Donald Trump a repris dans le comté d’Hidalgo, dans l’État du Texas, et sur d’autres segments. Ces travaux avaient été mis en pause par Joe Biden à son arrivée au pouvoir.
Officiellement, pas question pour l’administration Biden de reconnaître qu’il poursuit la construction entamée par l’ancien Président républicain. Sur le papier, ce ne sont que des travaux de réparation et de sécurisation, l’arrêt brutal de l’édifice ayant entraîné des problèmes de sécurité liés à l’inondation et l’érosion de certains segments. "Il y a 19 projets de construction en cours", et "des kilomètres de barrières" envisagés, détaille Cléa Fortuné, docteure en civilisation américaine et spécialiste de la frontière États-Unis/Mexique, au micro de BFMTV.

71% des électeurs préoccupés par l’immigration illégale

Toutefois, des activistes accusent l’administration d’aller bien au-delà du colmatage de certaines brèches. D’après Scott Nicol, un militant antimur texan cité par BFMTV, "on prétend qu’il s’agit de digues pour les inondations mais ils construisent des kilomètres et des kilomètres". Désormais, un hashtag #Bidensborderwall (le mur de Biden) circule même sur les réseaux sociaux.
Selon Andrew Arthur, chercheur résident en droit et politique au Center for Immigration Studies, un institut de recherche basé à Washington DC, le durcissement de la position de Biden sur les questions d’immigration résulte de calculs politiques. Le pensionnaire de la Maison-Blanche, qui a célébré hier sa première année de mandat, est au plus bas dans les sondages. Son taux d’approbation dépasse à peine les 40%. Or, un sondage récent révèle que 71% des électeurs inscrits étaient préoccupés par l’immigration illégale à la frontière sud-ouest (44% étaient "très préoccupés").
De plus, un récent sondage du Washington Times publié le 7 décembre dernier a rapporté que 53% des personnes interrogées affirmaient qu’un "mur frontalier est un moyen efficace d’arrêter l’immigration illégale", contre 40% qui n’étaient pas d’accord.
À onze mois des élections de mi-mandat, Andrew Arthur en est convaincu: Biden tente de séduire un électorat conservateur "qui voit l’immigration comme l’une des vulnérabilités des Démocrates". Pas sûr toutefois que ce durcissement maquillé de bonnes intentions suffise à Joe Biden pour conserver ne serait-ce que l’une des deux chambres du Congrès. C’est pourtant un impératif pour pouvoir gouverner et mettre en place son programme.
De l’autre côté, l’ancien sénateur de Pennsylvanie grille des cartouches auprès d’un camp démocrate qui critique de manière croissante sa gestion des affaires. "Un fossé se creuse entre les valeurs progressistes en matière d’immigration que le Président Joe Biden professe et les politiques d’application qu’il met en œuvre à la frontière. Cela a entraîné une certaine confusion parmi les fonctionnaires de l’immigration, une incertitude pour les migrants et des questions quant à la cohérence de la stratégie du Président en matière d’immigration", écrit le média affilié démocrate Vox.
À force de vouloir plaire à tout le monde, Joe Biden risque bien de finir par ne plaire à personne.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала