Sécurité dans les transports: quelles sont les villes les plus dangereuses?

© SputnikMétro de Paris
Métro de Paris - Sputnik France, 1920, 21.01.2022
En s’appuyant sur les chiffres officiels, Le Figaro a dressé la liste des villes les plus en proie à l’insécurité dans les transports en commun. Le profil des délinquants a aussi pu être brossé.
Alors que les agressions de passagers comme de conducteurs font continuellement les grands titres de l’actualité, Le Figaro révèle quelles sont les villes où prendre les transports publics s’avère le plus dangereux.
Sans surprise, c’est à Paris que le nombre de vols et d’agressions était le plus élevé en 2020, rapporte le quotidien en citant des chiffres du ministère de l’Intérieur. La capitale comptait ainsi 25 victimes pour 1.000 habitants, que ce soit dans le bus, le tram ou le métro. Au total, près de 55.000 personnes se sont faites agresser dans les transports parisiens, en 2020.
L’Île-de-France truste le haut du classement, puisque la ville de Saint-Denis occupe la seconde marche de ce sinistre podium, devant Lyon, Montpellier et Grenoble.
La capitale des Alpes, souvent pointée du doigt pour ses flambées de violences, notamment sous les mandats du maire écologistes Éric Piolle, voit néanmoins le nombre d’agressions dans ses transports baisser de 44% par rapport à 2019. Une baisse due en grande partie aux différents confinements qui ont émaillé l’année 2020.
Assez logiquement, ce sont surtout les villes les plus peuplées de France qui sont en proie à l’insécurité dans les transports. Seule exception: Strasbourg, qui ne figure pas dans le top 10, avec environ 1.000 vols ou agressions recensés en 2020.

Des délinquants jeunes, Français ou Maghrébins

Les données officielles relayées par Le Figaro permettent aussi de brosser le portrait des délinquants qui sévissent dans les transports. Ils sont jeunes dans leur écrasante majorité, puisque 74% ont entre 13 et 29 ans. Ils sont plutôt de nationalité française en province (63%), mais pas en région parisienne où les délinquants venant des pays du Maghreb sont surreprésentés (44%).
Ces derniers mois, de nombreux faits divers dans les transports en commun ont défrayé la chronique. La pandémie et le port du masque obligatoire avaient notamment créé d’importantes tensions, dès l’été 2020.
Les disputes entre passagers, mais aussi les altercations avec les conducteurs s’étaient multipliées. En juillet 2020, un chauffeur de bus avait notamment trouvé la mort après avoir été agressé par plusieurs usagers refusant de porter leur masque et de présenter leurs tickets, à Bayonne.
Ce 20 janvier encore, un conducteur de bus a été pris à partie par un automobiliste, après un accrochage en plein Paris. La vidéo de l’agression a fait le tour des réseaux sociaux.
Côté métro, les Parisiens semblent surtout angoissés à l’idée d’emprunter la ligne 13, considérée comme la plus anxiogène par beaucoup d’entre eux, comme le rapportait il y a peu une étude de l’Institut Paris Région.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала