Après le "cannibale", un forcené "très dangereux" s'évade d’un hôpital psychiatrique à Toulouse

© Photo Pixabay / pixeliaLa cathédrale Saint-Etienne de Toulouse
La cathédrale Saint-Etienne de Toulouse - Sputnik France, 1920, 27.01.2022
Un homme qui avait foncé avec sa voiture sur trois étudiants à Blagnac s’est enfui d’un hôpital psychiatrique de Toulouse, le 27 janvier. Il s'agit du troisième individu qui s'est évadé d'un établissement de soins de la ville en moins de huit jours.
Jamais deux sans trois. La ville de Toulouse a été le théâtre d’une troisième évasion d’une structure psychiatrique en seulement une semaine. Après que deux individus se sont échappés de l’hôpital Gérard-Marchand, un autre s’est évanoui des urgences psychiatriques d’un autre établissement, du nom de Purpan, situé dans la même ville.

L’individu, considéré comme très dangereux par les forces de l’ordre a été finalement retrouvé et interpellé par la police dans le quartier des Carmes à Toulouse. En novembre 2017, il avait foncé avec sa voiture sur trois étudiants à Blagnac. Rapidement interpellé, il avait reconnu les faits en affirmant avoir entendu des voix lui ordonnant "de faire du mal à quelqu'un".

Né en 1989, il était jusqu’alors défavorablement connu des services de police pour des faits de droit commun et pour des trafics de stupéfiants, d’après La Dépêche du Midi. Les forces de l’ordre et les services de la mairie étaient également au courant de ses troubles psychiatriques.
Au moment de son arrestation, il souffrait de schizophrénie aiguë et avait été hospitalisé à plusieurs reprises, sous contrainte judiciaire, affirme le quotidien régional. Le parquet de Toulouse avait précisé qu’il faisait l’objet à ce moment là de deux sursis avec mise à l'épreuve et obligation de soins.

Il était suivi pour de lourds antécédents psychiatriques et avait été hospitalisé d'office jusqu'en décembre 2016. Durant sa détention provisoire, il avait fait parler de lui en agressant un surveillant pénitentiaire en avril 2018. Déclaré irresponsable pénalement, il était hospitalisé depuis.


Deux évasions en cinq jours

Avant l’évasion du 27 janvier, deux autres se sont récemment produites dans la région à cinq jours d’intervalle. Jérémy Rimbaud, surnommé "le cannibale de Nouilhan", était interné en hôpital psychiatrique après avoir tué en 2013 un homme de 90 ans.

Le 19 janvier, il s’évade de l’hôpital toulousain Gérard-Marchant. Il est interpellé quelques heures plus tard après avoir agressé une femme âgée qui n’a dû son salut qu’à l’intervention des passants qui ont pu maîtriser le forcené.

Le 23 janvier, un homme de 48 ans, interné suite à une tentative de meurtre sur un homosexuel en 2010, s’est échappé du même hôpital. Sa cavale a duré moins longtemps que celle du protagoniste précédent puisque les policiers de la Bac l’ont appréhendé quatre heures plus tard, en état d’ébriété. Le lendemain des faits, il a fracassé le mobilier de sa chambre, rapporte La Dépêche du Midi.


Des permissions de sortie en cause


Comment expliquer cette fuite de patients sur un intervalle de temps aussi court? Ils sont tout simplement sortis par la grande porte en ayant bénéficié de permissions de sortie, assure le quotidien régional.

Ces hommes devaient rentrer à une heure précise, mais ont pris la poudre d’escampette. L’hôpital a donné l’alerte. Interrogée par le journal, la direction a refusé de se prononcer par rapport aux permissions de sortie qui ont été accordées.

Un manquement qui a entraîné l’ouverture d’une enquête de l’Agence régionale de santé (ARS) afin de s’assurer de la conformité de la prise en charge de ces patients.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала