L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Covid-19

La Chine a-t-elle raison de désinfecter le courrier international pour lutter contre l’Omicron?

Un désinfectant - Sputnik France, 1920, 27.01.2022
Bien que les autorités de divers pays jugent le risque d’être infecté par les surfaces contaminées faible, la Chine ordonne de nettoyer le courrier international pour empêcher la propagation du virus. Une étude japonaise montre par ailleurs que l’Omicron survit dans l’environnement beaucoup plus longtemps que la souche de Wuhan.
Tandis que la poste chinoise désinfecte les envois en provenance de l’étranger par crainte de propagation de l’Omicron, les autorités sanitaires internationales et les chercheurs ne sont pas unanimes sur les risques de contamination via les surfaces.
Les autorités chinoises ont pris cette décision, avançant que plusieurs personnes ont pu être infectées par des colis en provenance de l’étranger, dont un depuis le Canada. Une thèse approuvée par la directrice du Centre épidémiologique de Pékin dans une interview à Europe 1. Le patient concerné n’ayant eu aucun contact avec des personnes contaminées, les autorités supposent qu’il a été infecté par un virus transporté par des produits venant de l’étranger.
Entre-temps, le gouvernement canadien a déclaré sur son site ignorer la période exacte de survie du virus sur les surfaces et les objets, qui peut être de "quelques heures, voire plusieurs jours". Il ajoute ne pas savoir dans quelle mesure les surfaces et les objets contaminés jouent un rôle dans la propagation du coronavirus.
Quant à sa transmission via le courrier papier ou les colis en carton, le gouvernement estime que le risque est "très faible" et écarte ainsi la nécessité de les nettoyer ou de les désinfecter.

Nouvelles données

Une étude menée par des chercheurs japonais de l’université de Kyoto sur le sujet et publiée sur biorxiv pourrait cependant changer la donne, car les mutations du virus semblent augmenter sa capacité à survivre.
Les résultats montrent que la période de survie de l’Omicron sur une surface plastique est presque quatre fois plus élevée que celle de la souche originale de Wuhan (respectivement 193,5 et 56 heures). Pour le Delta, elle est de 114 heures.
Sur la peau, celle-ci est moindre. Le variant de Wuhan persiste pendant 8,6 heures, contre 16.8 heures pour le Delta, et 21,1 heures pour l’Omicron. Les chercheurs précisent que les désinfectants ont fait preuve de leur efficacité en 15 secondes, bien que les mutations du virus aient montré une résistance légèrement supérieure à celle de la souche de Wuhan.
Cette recherche ne porte pas sur la survie des variants sur le carton ou le papier. Néanmoins, une étude publiée en avril 2020 dans la revue New England Journal of Medecine indique que le Sars-CoV-2 est moins stable sur le carton ou le papier, notamment jusqu’à 24 heures.
L'Organisation mondiale de la santé et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis (CDC) maintiennent toutefois les hypothèses du risque faible de l’infection par des surfaces contaminées. Selon les CDC, 99% des traces de virus laissées sur la plupart des surfaces disparaissent en trois jours.

L’Omicron en Chine

À l’approche des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, la Chine applique un large éventail de mesures de prévention pour éviter la propagation de l’Omicron. Un dépistage massif a été mis en place. Tout contact entre les participants et les habitants de la capitale chinoise est strictement interdit, les passants ne pouvant apporter leur aide, même en cas d’accident impliquant un véhicule olympique.
Le 26 janvier, le nombre de cas est passé à 106 à Pékin, avec neuf personnes arrivées et testées positives à l'aéroport. Toutes les nouvelles contaminations recensées entre le 24 et le 25 janvier sont dues au variant Delta, ont indiqué des responsables cités par le South China Morning Post. Depuis le 15 janvier, Pékin a signalé un total de six cas de l'Omicron et 69 du Delta.
Selon le quotidien, la Chine est le seul pays à promouvoir la théorie selon laquelle le courrier international et les entrepôts frigorifiques peuvent être source de transmission du Covid-19, les autorités douanières et sanitaires ayant reçu l'ordre de désinfecter les importations alimentaires et le courrier international.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала