L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Covid-19

Covid: désespérés, des Marocains bloqués à l’étranger se tournent vers les jets privés

A l'aéroport  - Sputnik France, 1920, 28.01.2022
En attendant l’ouverture des frontières prévue pour le 7 février prochain, certains réussissent à partir au Maroc à bord d’un jet privé. Depuis la fermeture des frontières, des Marocains restés bloqués à l’étranger payent au prix fort leur retour au pays. Explications.
Malgré la fermeture des frontières et la suspension des vols commerciaux fin novembre 2021 en raison du Covid-19, certains vols privés opèrent encore vers le Maroc. Autorisés à desservir le pays, ces "vols spéciaux" sont devenus le dernier recours pour les Marocains bloqués à l’étranger, parfois livrés à eux-même, et dans l’urgence, prêts à débourser des montants faramineux pour rentrer.
Attente. Solitude. Aéroport. Image d'illustration - Sputnik France, 1920, 01.12.2021
Au Maroc, des Français "abattus" par la fermeture des frontières
On peut alors constater sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, de nombreux messages de personnes qui constituent des groupes de départ, la plupart du temps de Malaga en Espagne vers Casablanca.
"Bonjour à tous, un ami cherche à rentrer en urgence au Maroc, car son père est dans le coma depuis plusieurs jours. Avez-vous des contacts ou des pistes pour une entrée en jet privé?", peut-on encore lire dans un groupe Facebook, dédié aux vols exceptionnels vers le Maroc.
Pour en savoir plus sur ces vols, Sputnik a contacté une de ces agences spécialisées dans le transport aérien privé, basée à Rabat.
"La procédure est très simple. Dès que vous confirmez avec nous le vol, vous nous envoyez les passeports, et sous 24h ou 48h on obtient l’autorisation de vol spécial [des autorités marocaines, ndlr]. Une fois obtenue, on peut opérer le vol quand vous le souhaitez", explique le responsable de la société, sous couvert d’anonymat. "Il faudra ensuite un pass vaccinal avec les deux doses au minimum et un test PCR d’au moins 24h", ajoute-t-il.
Concernant les tarifs, ils sont très variables selon les compagnies, le type d’avion, le lieu de départ, la destination et le nombre de passagers. Sur les réseaux, certains mentionnent des tarifs à partir de 9.000 euros à diviser entre huit passagers. La compagnie contactée par Sputnik mentionne quant à elle un tarif de 13.500 euros pour six passagers. Concernant le lieu de départ, la même source répond: "On peut partir de n’importe où dans le monde, mais de préférence de Malaga en Espagne, comme ça l’autorisation est rapidement donnée et c’est beaucoup plus économique".

Vols spéciaux

Sur les réseaux, des personnes qui sont rentrées par ce moyen livrent leur témoignage, pour rassurer leurs concitoyens.
"J’ai pris Sarah Air avec sept autres personnes. Le coût du vol était 9.000 euros à diviser. On envoie nos copies de passeport pour l’autorisation. Sous trois jours, vous avez votre autorisation, mais elle n’est valable que 72h, donc il fallait tous courir à Malaga."
Selon un sited’information marocain, une source au sein de la Direction générale de l’avion civile a même expliqué que cela n’avait rien d’extraordinaire. "Le gouvernement a spécifié dès le départ qu’il y aurait la possibilité pour des vols spéciaux d’atterrir au Maroc. Et ces vols en jet privé entrent dans la case +vols spéciaux+ […] il faut absolument une autorisation des Affaires étrangères pour atterrir et entrer sur le territoire".
La même source poursuit: "Depuis la fermeture des frontières, des vols en avions légers atterrissent tous les jours dans tous les aéroports marocains, car le gouvernement a permis cela et a mis en place une procédure spéciale. Ces vols viennent généralement de Malaga vers Casablanca, Marrakech, Tanger… avec des capacités de huit à neuf passagers par avion".
Des gens dans un café sur un toit à Chefchaouen, au Maroc - Sputnik France, 1920, 14.12.2021
En difficulté, le tourisme marocain mise sur le local

Une ouverture imminente

Depuis la fermeture des frontières fin novembre 2021, le Maroc a organisé quelques opérations de rapatriement en partance du Portugal, des Émirats arabes unis et de la Turquie, qui ont néanmoins cessé une dizaine de jours après leur mise en place, après la détection du premier cas Omicron au Maroc. Cette opération, qui a permis le rapatriement d’environ 5700 personnes, a suscité la colère des Marocains bloqués notamment en France, en Espagne et ailleurs dans le monde, lançant alors de multiples appels pour une réouverture immédiate. Un appel entendu par les dirigeants du royaume qui ont annoncé l’ouverture des frontières le 7 février prochain.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала