Bisexuel et avocat des migrants: le nouveau Superman "woke" fait un flop

CC0 / Pixabay / Superman (Symbolbild)
Superman (Symbolbild) - Sputnik France, 1920, 31.01.2022
"Quelqu'un avec une super vue et une super ouïe peut-il ignorer les injustices au-delà de ses frontières?" Le monde progresse et même les super-héros doivent s’adapter. Les nouvelles BD sur le fils de Superman, lancées par DC Comics, mettent en scène un personnage pro-migrants et bisexuel, ce que les lecteurs trouvent difficile à accepter.
La version woke de Superman ne convainc guère aux États-Unis.
Les ventes de "Superman: Son of Kal-El", en cinq numéros, n'auront pas atteint le top 50 avec seulement 68.800 exemplaires écoulés depuis juillet, selon le site Bounding into Comics consulté par le Washington Times.

Superman bisexuel qui sort avec un homme

Ces faibles chiffres sont liés à un "relooking contemporain" afin d’adapter ces folles aventures aux attentes des fans, comme l’avaient voulu les auteurs. Les nouvelles BD de DC Comics mettent en scène depuis juillet 2021 Jonathan Kent, fils de Clark Kent, le Superman original.
Celui-ci coche les cases de la culture progressiste ou "woke". Tout d’abord il est présenté comme bisexuel et fréquente un journaliste masculin. Dans l’une des cases, son compagnon et lui s’échangent un baiser.
Il est par ailleurs décrit comme un militant pour le climat participant à une manifestation ainsi qu’un défenseur des immigrants clandestins. Le début de l’histoire le présente sauver un ours polaire piégé en mer en raison de la fonte des glaces.
"Maintenant, vous vous demandez probablement pourquoi quelqu'un essaierait de faire un marketing woke pour des bandes dessinées que personne ne peut réellement lire. La réponse est assez simple. Le message woke est sa propre récompense. DC Comics est capable de se donner une bonne tape dans le dos pour avoir créé un Superman gay, plus précieux pour ses différentes sociétés mères que de vendre réellement des bandes dessinées. Si vous vous êtes déjà demandé comment il se fait que les films de super-héros aient une importance aussi exceptionnelle dans l’esprit du temps alors que les bandes dessinées de super-héros n’ont presque plus de pertinence, en voici une assez bonne raison", explique le site Book & Film Globe.

La fascination s’érode

L'intérêt des fans aurait encore diminué lorsque le rédacteur en chef de DC Comics, Jim Lee, a annoncé que la société changeait la devise de Superman de "Vérité, Justice et American Way" ("Truth, Justice, and the American Way" en anglais) en "Vérité, Justice et un Meilleur Lendemain" ("Truth, Justice, and a Better Tomorrow").
Jim Lee a déclaré que ce changement "refléterait mieux les scénarios mondiaux que nous racontons à travers DC et honorerait l'incroyable héritage de ce personnage de plus de 80 ans à construire un monde meilleur".
L'écrivain Tom Taylor a partagé sur Twitter la couverture de "Superman: Son of Kal-El"#7, montrant le super-héros brandissant une pancarte disant "School Strike For Climate" (Une grève des lycéens pour le climat). Dans une interview accordée à IGN, M. Taylor a déclaré:
"La question pour Jon (et pour notre équipe créative) est la suivante: pour quoi le nouveau Superman devrait-il se battre aujourd'hui? Un Superman de 17 ans peut-il combattre des robots géants tout en ignorant la crise climatique? Bien sûr que non." Il a ajouté: "Quelqu'un avec une super vue et une super ouïe peut-il ignorer les injustices au-delà de ses frontières? Peut-il ignorer le sort des demandeurs d'asile?".
Le fait qu'une partie de la société américainesouhaite devenir "plus inclusive" se reflète aujourd’hui dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans la littérature et à l’écran. Commencé aux États-Unis, le mouvement woke fait parler de lui depuis quelques années.
Les personnages principaux deviennent ainsi de plus en plus diversifiés chez Disney. En ce sens, La Belle et la Bête a récemment été réinterprété au théâtre avec une actrice noire, queer et corpulente. Jungle Cruise a présenté un héros qui révèle implicitement son homosexualité sans pour autant prononcer le terme, ce qui a outré certains militants. La Petite Sirène sera quant à elle incarnée par la comédienne afro-américaine Halle Bailey et Blanche-Neige par Rachel Zegler, une Américano-Colombienne.
Un autre exemple est l'interprétation de l’une des épouses du roi Henry VIII par une actrice noire dans la série britannique Anne Boleyn, produite pour Channel 5.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала