L'application TousAntiCovid et un masque - Sputnik France, 1920, 22.09.2021
Covid-19

Le Cameroun s’en sort-il mieux que la France face au Covid-19?

© AFP 2022 KENZO TRIBOUILLARDDésinfection à Yaoundé avant un match de la CAN
Désinfection à Yaoundé avant un match de la CAN - Sputnik France, 1920, 01.02.2022
Le député français Nicolas Dupont-Aignan s’étonne de la bonne gestion de la pandémie par différents pays africains. Alors que, malgré les taux de vaccination élevés, la France fait toujours face à une importante vague de contaminations, l’élu invite à méditer l’exemple du Cameroun.
En matière de gestion du Covid, un pays d'Afrique subsaharienne comme le Cameroun pourrait-il donner des leçons à la France? Tant les résultats probants enregistrés dans ce pays d'Afrique, que les moyens déployés (ou pas) pour y parvenir ont été mis en lumière par Nicolas Dupont-Aignan. Président du parti Debout la France, il a posté une vidéo sur son compte Twitter. Il y interviewe un homme prénommé Hervé, qui dit avoir récemment séjourné au Cameroun.
Celui-cidernier lui explique comment, dans son pays d’origine, la situation demeure malgré tout sous contrôle, qu'il y peu de contraintes concernant les mesures imposées aux populations, et que le bilan est loin d'être alarmant.
Un hommage est rendu au passage au protocole inspiré du médecin français Didier Raoult qui aurait contribué à la bonne maîtrise de la crise sanitaire dans le pays, mais aussi à des solutions locales, notamment divers traitements développés par des Camerounais, pour faire face à la maladie.

Pas de psychose !

À la base de la comparaison faite dans l'extrait vidéo, un état des lieux au Cameroun qui est, mine de rien, tout sauf alarmant. Ce qui rejoint le constat général établi depuis plusieurs mois sur l'Afrique comme continent le moins touché. Àce titre, le Cameroun, qui a enregistré depuis le début de la pandémie quelque 116.718 cas détectés, pour 1.880 décès, se situe actuellement à 27% du pic des infections, avec 10 cas recensés pour 100.000 personnes au cours des 7 derniers jours, précise le Covid-19 tracker.
Dans le même temps en France, l’on enregistre plus de 19 millions de contaminations et plus de 130.900 décès liés au coronavirus depuis le début de l’épidémie. Le pays se situe actuellement àun pic de contaminations de 91%, avec 3.489 cas recensés pour 100.000 personnes au cours des 7 derniers jours, selon les mêmes sources.
Dans la vidéo susmentionnée, il est aussi question de restrictions sanitaires moins importantes en cours au Cameroun. La pandémie n’a effectivement pas suscité la psychose dans ce pays d'Afrique centrale, témoigne Hervé dans la vidéo.
Depuis le début de la crise sanitaire et malgré les alertes du gouvernement, très peu de Camerounais portent des masques -sauf dans quelques rares services- et les mesures de distanciation sociale ont été depuis longtemps abandonnées. Ici, pas de pass sanitaire obligatoire, encore moins de restrictions sur les déplacements. Dans le pays, certaines administrations publiques ont néanmoins essayé d’imposer sans succès la présentation d’un pass vaccinal comme condition d’accès à son poste de travail. Si officiellement, l’obligation de respecter les mesures barrières est toujours en vigueur, dans la pratique, les populations ne les respectent pas et les autorités n'arrivent pas toujours à les y contraindre.
Le Professeur Didier Raoult - Sputnik France, 1920, 30.01.2022
Covid-19
Entretien avec le Pr Raoult: "Il n’y a pas d’erreur que j’ai commise que je regrette aujourd’hui"
Alors que l’heure est à la course à la vaccination dans le monde, au Cameroun, par exemple, dix mois après le lancement de la campagne de vaccination, environ 6% seulement de la population âgée de plus de 18 ans sont vaccinés, selon les derniers chiffres officiels. Soit 2,5 % de la population totale. Tandis qu’en France, plus de 74 % sont vaccinés. Un paradoxe que l'élu français Dupont-Aignan ramène aussi à des choix alternatifs, telle que l'administration de traitements.

La méthode Raoult

Dans la vidéo, l’accent mis par Hervé sur la méthode du directeur de l'IHU Méditerranée Infection, le Pr Didier Raoult, n’est pas sans fondement. En effet, début 2020, alors que le débat fait rage en France autour du traitement proposé par le médecin, à savoir un mélange de chloroquine (antipaludéen) et d’azithromycine (antibiotique) pour traiter les patients atteints du Covid-19, certains pays africains comme le Cameroun l’ont érigé en protocole.
Les interventions du Marseillais étaient largement relayées et sa méthode semblait alors plus accessible dans un contexte où l’on a l’habitude des traitements contre le paludisme. C’est ainsi qu’en avril 2020, la procédure a été adoptée par le gouvernement camerounais et dans plusieurs pays africains pour la prise en charge de tous les types de patients testés positifs. Le protocole a été abandonné un an plus tard.
Didier Raoult - Sputnik France, 1920, 05.01.2022
Covid-19
"Il n’y a pas d’évidence de contrôle de l’épidémie par les vaccins", dit le Pr Raoult
Par ailleurs, les Camerounais se sont aussi intéressés, comme le souligne Hervé, à des solutions locales.
Vaccin Sinopharm  - Sputnik France, 1920, 15.12.2021
Covid-19
Le Cameroun reçoit un million de doses du vaccin Sinopharm
Depuis juillet 2021, Yaoundé a autorisé, par exemple, la mise sur le marché local de quatre médicaments traditionnels améliorés (MTA) pour lutter contre le Covid-19. Il s’agit de l’Adsak Covid/Elixir Covid, produit par l’archevêque de la ville de Douala, de Soudicov Plus de l’Imam Modibo, du Corocur poudre et du Palubek’s. Seulement, la ministre de la Santé a précisé que les MTA homologués étaient des "adjuvants au traitement", c’est-à-dire qu’ils doivent être associés au protocole anti-Covid-19 existant.
Manifestants à Paris brandissent des pancartes «Touche pas à Didier Raoult!» - Sputnik France, 1920, 31.08.2021
«Je ne fais pas de propagande politique»: Raoult défend ses positions sur le pass et la vaccination
Des solutions locales qui pourraient, selon certains observateurs, expliquer une meilleure gestion de la pandémie, contrairement aux pays occidentaux. Mais l'épidémiologiste Parfait Mbvoum invite tout de même à la prudence.
"Nous prenons du recul parce qu'en terme de dosage, d'évaluation, de résultats par l'unique prise de traitement de la médecine alternative, on ne peut pas démontrer que c'est tel médicament qui sauve ou sauverait des vies. Il va de soi que les gens essaient à leur niveau à résoudre les problèmes de ce Covid. Mais il ne faudrait pas non plus perdre le sens de la rigueur scientifique en acceptant aveuglément un produit. Qu'il soit celui de Raoult ou des chercheurs traditionnels", nuance l’épidémiologiste camerounais au micro de Sputnik.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала