L'énergie dirigée pourrait expliquer les cas non résolus du "syndrome de La Havane"

Mal de tête - Sputnik France, 1920, 03.02.2022
Un groupe d'experts chargé d'enquêter sur la cause d'une série d'incidents mystérieux qui ont frappé des dizaines de responsables américains dans le monde entier a révélé que certains de ces épisodes pourraient "plausiblement" avoir été causés par une "énergie électromagnétique pulsée" émise par une source externe.
Le rapport d'experts, dont un résumé a été publié mercredi par le Bureau du directeur du renseignement national, constitue la dernière tentative en date pour résoudre le mystère qui dure depuis des années, à savoir ce qui se cache derrière une myriade de symptômes connus sous le nom de "syndrome de La Havane".
Le panel, composé d'experts médicaux et de scientifiques, issus de l'intérieur et de l'extérieur du gouvernement, n'a pas tenté d'attribuer les incidents à un appareil ou à un opérateur spécifique. Il a plutôt examiné les "mécanismes de causalité" et a conclu que les effets de la maladie mystérieuse sont "authentiques et convaincants”.
Dans une déclaration commune, la directrice du renseignement national Avril Haines et le directeur de la CIA William Burns ont affirmé qu'"un sous-ensemble" de cas "ne peut être facilement expliqué par des conditions environnementales ou médicales connues et pourrait être expliqué par certains facteurs externes.”
Ils ont ajouté que les victimes dont les cas n'ont pas été élucidés, dont beaucoup ont été diagnostiquées comme souffrant de lésions cérébrales traumatiques, ont présenté des symptômes "peu susceptibles d'être causés par un trouble neurologique fonctionnel", et que l'exposition à l'énergie dirigée pourrait en être la cause.
Fin 2016, le personnel de l'ambassade des États-Unis dans la capitale cubaine a signalé une série de sensations, notamment des bourdonnements et une pression dans les oreilles, des maux de tête et des vertiges. Le personnel américain en mission en Chine a ensuite ressenti des symptômes similaires, qui ont désormais été signalés par des centaines de personnes affectées dans des postes officiels dans le monde entier.
La grande majorité de ces cas ont été attribués à des conditions médicales ou à d'autres facteurs environnementaux, ont déclaré les responsables cités dans le rapport.
Un précédent rapport préliminaire de la CIA avait conclu qu'un pays étranger n'était probablement pas en train de monter une attaque globale visant le personnel américain. Mais les personnes qui se disent victimes du syndrome de La Havane ont vivement critiqué les conclusions de la CIA.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала