Les USA ont tué 13 civils, dont des femmes et des enfants, dans un raid en Syrie

© Sputnik . Mikhail Alaeddin / Aller dans la banque de photosUn poste de contrôle de l'armée turque sur la route Damas-Idlib en Syrie
Un poste de contrôle de l'armée turque sur la route Damas-Idlib en Syrie - Sputnik France, 1920, 03.02.2022
Au moins 13 personnes, dont la majorité sont des femmes et des enfants, ont été tuées cette nuit lors d’un raid américain dans le gouvernorat syrien d’Idlib, proche de la frontière turque. Un combattant affilié à Al-Qaïda*en aurait été la cible, bien que le Pentagone ne fournisse pour l’heure aucun détail.
Ce 3 février, les forces américaines ont mené un raid antiterroriste dans le nord-ouest de la Syrie, rapporte le département américain de la Défense.

"La mission est réussie. Il n'y a pas eu de victimes américaines", a déclaré John Kirby, porte-parole du Pentagone.

13 personnes ont été tuées, indiquent Syrian Civil Defense et SyrianObservatory for HumanRights, relayés par Associated Press. La majorité des victimes sont des femmes et des enfants.

L’opération

L’opération, qui a duré deux heures, a eu lieu dans le village d'Atmeh, dans le gouvernorat d’Idlib, près de la frontière turque. Une maison a été ciblée, indique l’un des témoins auprès d’Al Jazeera.

"Nous nous sommes réveillés à 1h du matin au son des hélicoptères. Puis vers 3h du matin, nous avons entendu un déluge d'attaques", a déclaré au média ce témoin qui vit dans une maison proche de celle ciblée.

Via des haut-parleurs d'hélicoptères, des avertissements en arabe ont été donnés pour que les femmes et les enfants à l'intérieur de la maison évacuent. Les habitants ont déclaré que les hélicoptères ont survolé le bâtiment pendant plus de deux heures, avant de le frapper avec des missiles. Les forces spéciales américaines ont alors pris d'assaut la maison.

La cible présumée

Selon des informations non confirmées relayées par Al Jazeera, le raid visait un combattant affilié à Al-Qaïda*. Un responsable rebelle sous couvert d'anonymat a déclaré à Reuters que le combattant en question était avec sa famille au moment de l’attaque.
Pour l’heure, le Pentagone n'a fourni aucun détail sur qui était la cible du raid. Il s'agit de la plus grande opération dans le gouvernorat d'Idlib depuis le raid américain de 2019 visant le chef de Daech* Abu Bakr al-Baghdadi.
Le gouvernorat d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, est principalement contrôlé par le groupe rebelle et djihadiste Hayat Tahrir al-Cham*, ancien affilié d'Al-Qaïda*.
*Organisation terroriste interdite en Russie
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала