Afghanistan: l'ONU inquiète de l'arrestation de deux militantes des droits de l'Homme

© Sputnik . Aleksey Nikolskyi / Aller dans la banque de photosLa Haute-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Michelle Bachelet.
La Haute-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Michelle Bachelet. - Sputnik France, 1920, 04.02.2022
Les Nations Unies ont exprimé leur inquiétude suite à l'arrestation de deux militantes féministes en Afghanistan, deux semaines après la disparition de deux manifestantes critiques envers les talibans*.
La Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (Manua) a réclamé jeudi soir sur Twitter "des informations urgentes" au ministère de l'Intérieur, "à propos des dernières arrestations par les talibans de deux nouvelles militantes féministes signalées ces dernières 24 heures".
Les Nations Unies "répètent leur appel à relâcher toutes les militantes féministes +disparues+, ainsi que leurs proches", a ajouté l'institution.
"Ces arrestations injustes doivent cesser. Si les talibans* cherchent la reconnaissance du peuple afghan et celle du monde, ils doivent respecter les droits humains des Afghans - particulièrement ceux des femmes - y compris la liberté d'expression", a twitté vendredi l'émissaire des États-Unis pour les droits des femmes afghanes, Rina Amiri.
Ces arrestations interviennent deux semaines après la disparition de deux autres militantes, Tamana Zaryabi Paryani et Parwana Ibrahimkhel, quelques jours après leur participation à une manifestation à Kaboul en faveur des droits des femmes.
La Haute-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, avait exprimé mardi son inquiétude sur leur sort et celui de quatre membres de leur famille qui ont disparu avec elles.
Les talibans* nient toute implication dans leur disparition et disent avoir ouvert une enquête.
*Organisation sous sanctions de l’Onu pour activités terroristes.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала