"Je réponds comme vous m’agressez": accrochage entre Gérald Darmanin et une journaliste de BFM TV

© AP Photo / Michel EulerGérald Darmanin
Gérald Darmanin - Sputnik France, 1920, 08.02.2022
Interrogé sur le bilan sécurité du quinquennat, le ministre de l’Intérieur a enjoint à Apolline de Malherbe de "se calmer" après avoir qualifié une de ses remarques de "populiste". Il a déploré l’agressivité de la journaliste de BFM TV. En revanche, plusieurs responsables politiques ont dénoncé le caractère misogyne de l’attitude du ministre.
Un vif accrochage s’est produit ce 8 février entre le ministre et la journaliste Apolline de Malherbe en plein direct sur BFM TV. Gérald Darmanin y a été interrogé sur son bilan sécurité.
"Est-ce que vous ne vous êtes pas réveillé un peu tard sur les questions de sécurité?", lance Apolline de Malherbe en citant les chiffres du ministère de l’Intérieur: "hausse de la violence, des atteintes aux personnes, homicides en hausse, coups et blessures volontaires en très nette hausse. Violences sexuelles notamment en hausse, tellement en hausse en l’occurrence qu’on parle même d’explosion".
Gérald Darmanin commence sa réponse sur un ton sarcastique: "J’ai regardé votre logo, je pensais qu’on était sur CNews, mais en fait on est bien sur BFMTV [...]. Votre présentation est très rapide et un peu populiste".

"Essayez de montrer l’inverse", insiste la journaliste à laquelle le ministre répond: "Calmez-vous, madame, ça va bien se passer".

"Je vous demande pardon?", réagit Apolline de Malherbe.
"Ça va bien se passer", répète le ministre.

"Gérald Darmanin, attendez, comment vous me parlez? Je trouve ça sidérant votre manière de répondre. Ce n’est pas une réponse, c’est presque une offense", rétorque la journaliste qui refuse de se laisser intimider.

"Ne vous vexez pas, je réponds comme vous m’agressez", réplique alors le ministre.
Il évoque une diminution des cambriolages (-30%), des vols sans arme (-26%), parle de la "lutte acharnée contre la drogue" et des actes terroristes déjouées tout en déplorant l’absence d’un "mot positif" sur le travail des forces de l’ordre.

"Séquence surréaliste"

La séquence a fait réagir presque tout le spectre politique, qui note l’agressivité du ministre.
"Manifestement, Gérald Darmanin n’assume pas le lourd échec de sa politique et y répond par une agressivité déplacée. La réalité est pourtant terrible: la violence gangrène le pays et les Français en sont les victimes", a réagi sur Twitter la candidate RN Marine Le Pen.

"Séquence surréaliste, le ministre de l’Intérieur perd ses nerfs face à une journaliste qui lui expose la réalité de l’explosion de la délinquance dans notre pays", a avancé toujour sur Twitter le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, soutien de la candidate LR Valérie Pécresse.

"Tout mon soutien à Apolline de Malherbe qui a eu raison de ne pas se laisser réduire au silence par un ministre ne supportant pas qu’on lui pose une question fondée, simplement parce qu’elle le dérange", remarque Audrey Pulvar, adjointe à la maire de Paris.

Volet misogyne

Certains journalistes et responsables politiques ont dénoncé le côté sexiste de la phrase "calmes-vous", adressée à une journaliste.
"+Calmez-vous madame, ça va bien se passer!+, on ne m'enlèvera pas de l'idée qu'il n'aurait jamais parlé comme ça à un homme", remarque la journaliste Nora Bouazzouni.

"L'attitude de Gérald Darmanin est inacceptable. Mais son sexisme crasse à l'égard d’Apolline de Malherbe ne peut faire oublier la pertinence de la remarque de la journaliste: oui, le gouvernement a échoué ou renoncé sur la sécurité des personnes et en particulier des femmes", réagit Julien Bayou, secrétaire national d’EELV.

Diminution des cambriolages

Certains ont ironisé quant à l’argument du ministre sur la baisse des vols à domicile, évoquant le télétravail comme explication.

"Gérald Darmanin n’a qu’un seul argument pour masquer le terrible échec de la politique de sécurité d’Emmanuel Macron: la baisse des cambriolages en 2021… Peut-être que le fait que des millions de personnes restent chez eux en télétravail soit une explication. Peut-être", a lâché le sénateur LR Bruno Retailleau.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала