Après la tragédie de Rayan au Maroc, un autre enfant retrouvé noyé dans un puits

© AFP 2022 FADEL SENNASur le lieu de l'opération de sauvetage du petit Rayan, tombé dans un puits de plus de 30 mètres de profondeur dans la campagne de Chefchaouen, au Maroc, le 5 février 2022
Sur le lieu de l'opération de sauvetage du petit Rayan, tombé dans un puits de plus de 30 mètres de profondeur dans la campagne de Chefchaouen, au Maroc, le 5 février 2022 - Sputnik France, 1920, 09.02.2022
Un enfant trisomique de sept ans a été retrouvé mort dans un puits d’une profondeur de 40 mètres au Maroc. Une tragédie qui en suit une autre, celle du petit Rayan qui a succombé dans des circonstances similaires, attristant de nombreux pays.
Quelques jours seulement après l’accident ayant emporté la vie du petit Rayan, âgé de cinq ans, qui est tombé dans un puits de 35 mètres de profondeur dans la province marocaine de Chefchaouen, une autre tragédie au scénario similaire s’est déroulée le 7 février dans le pays.
Un enfant de sept ans, Khalid, atteint de trisomie, jouait près d’un puits de 40 mètres de profondeur, dans la municipalité de Tiflet, comme comme le racontent Hespress et Bladi.net. Inquiets de sa disparition et à sa recherche, sa famille a découvert qu’il avait chuté dans le puits.
Alertés, le commandement régional de la Gendarmerie royale et plusieurs responsables locaux se sont rendus sur place. La dépouille de Khalid a été récupérée et transportée à la morgue de l’hôpital de Khémisset, province où se trouve Tiflet.
Alors qu’une enquête a été ouverte en lien avec les faits, une autopsie doit permettre de déterminer la cause du décès de l’enfant.

Émoi général

Le drame a coïncidé avec les obsèques de Rayan, qui a profondément touché le Maroc, ainsi que plusieurs autres pays. Plusieurs Marocains ont même afflué de différentes villes pour tenter de porter secours à la victime. Du côté des autres pays, la communauté arabe et africaine a démontré sa solidarité sur les réseaux sociaux.
Or, après avoir été bloqué pendant cinq jours dans le puits, il a été extrait mort du tunnel. Les Marocains avaient les yeux rivés sur la vaste opération de sauvetage du petit garçon, mais le miracle n’a pas eu lieu.
Comme le précise l’Hespress, la mort de Rayan a permis de médiatiser les chutes dans les puits qui sont fréquentes au Maroc. Des personnalités publiques à l’échelle internationale ont exprimé leurs condoléances au pays suite au décès de l’enfant.
Lors de sa visite à Rabat ce 9 février, la présidente de la Commission européenne, Mme Ursula von der Leyen, a tenu à souligner que "le monde entier a[vait] retenu son souffle face à ce drame".
Face à ces faits tragiques, les autorités marocaines souhaitent se pencher sur la prolifération des puits à ciel ouvert non sécurisés, qui servent de véritable piège pour les enfants, indique encore le média.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала