L'Ouganda claque la porte de l’Organisation internationale du café

Café - Sputnik France, 1920, 10.02.2022
L’Ouganda a signé son retrait de l’Organisation internationale du café (OIC) en refusant de prolonger l’accord sur le café signé en 2007, qui arrivait à expiration le 1er février.
L’organisation mondiale perd un membre de poids après le retrait de l’Ouganda, considéré comme le 7ème producteur mondial de café, le 4ème en ce qui concerne le café robusta et le premier exportateur africain de la fève.
L’Autorité de développement du café (UCDA) avait, en novembre, menacé de retirer le pays de l’Organisation internationale du café, justifiant cette démarche par "les insuffisances observées au sein de l’organisme intergouvernemental".
Le président du Conseil d’administration du régulateur, Charles Mugoya, avait indiqué que le montant de la cotisation versée annuellement par chaque pays sert essentiellement au fonctionnement du secrétariat au lieu de financer des programmes de soutien et de renforcement des capacités des acteurs de la chaîne de valeur du café.
Les griefs du premier exportateur africain de café contre l’OIC interviennent dans un contexte où plusieurs pays ont exprimé ces dernières années leur désamour envers l’organisation.
Alors que certains membres comme le Guatemala lui ont reproché son manque d’action en faveur des pays producteurs, d’autres nations grandes consommatrices comme les USA ont claqué la porte en 2018 en mettant en lumière "son manque de sens pour les citoyens américains". Récemment le Vietnam, second producteur mondial de café, s’est aussi interrogé sur son appartenance en raison des charges financières élevées.
La filière café en Ouganda a vécu, en 2020-21, sa meilleure saison depuis 30 ans. Selon les chiffres publiés par l’Autorité ougandaise de développement de la fève (UCDA), le pays a exporté entre octobre 2020 et septembre 2021, un volume record de 6,49 millions de sacs de café (1 sac = 60 kg).
Ce niveau en hausse de 21 % par rapport au résultat de la campagne précédente, a généré des recettes de 630 millions de dollars US (+23 %).
Le café est considéré par le gouvernement ougandais comme une filière cruciale pour la transformation économique du pays dans la phase post-Covid. Environ 1,7 million de foyers dépendent de la production de café, selon l'UCDA.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала