La diplomatie britannique ne reconnait pas la souveraineté de la Russie sur deux de ses régions

© Service de presse du ministère russe des Affaires étrangères  / Aller dans la banque de photosMinistre britannique des Affaires étrangères Liz Truss à Moscou, le 10 février 2022
Ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss à Moscou, le 10 février 2022 - Sputnik France, 1920, 11.02.2022
Au cours de pourparlers avec son homologue russe à Moscou la chef de la diplomatie britannique s’est retrouvée dans une situation géographiquement embarrassante, qu’elle a ensuite dû expliquer. Selon la diplomatie russe, il est important que dans le contexte russo-ukrainien, les erreurs de ce type ne deviennent pas "fatales".
La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a été accueillie ce jeudi 10 février à Moscou par le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.
Comme l'a indiqué à Sputnik une source présente aux pourparlers, la rencontre est allée plus loin que prévu et n'a pas porté uniquement sur l'Ukraine.
En parlant des préoccupations britanniques concernant la présence des troupes russes "près" des frontières ukrainiennes, Sergueï Lavrov a précisé que les militaires de son pays se trouvaient dans les régions russes de Voronège et de Rostov pour demander à Mme Truss si Londres reconnaissait la souveraineté de la Russie sur ces territoires.
La réponse de la chef de la diplomatie britannique a été que Londres ne reconnaîtrait jamais la souveraineté de la Russie sur ces régions.
Après avoir fuité, cet épisode a été l’objet de multiples remarques ironiques sur les réseaux sociaux.
Plus tard dans la journée, dans une courte interview à la chaîne russe RBK, Liz Truss a confirmé cette réplique embarrassante en expliquant qu’elle avait alors pensé que le ministre russe des Affaires étrangères parlait du territoire ukrainien.

Des erreurs géopolitiques "fatales"?

Commentant cette situation à la chaîne de télévision russe Rossiya 1, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a pointé l’importance pour les partenaires occidentaux de connaître les détails géopolitiques relatifs à la Russie et l’Ukraine, surtout en présentant des exigences à Moscou:

"Elle [Liz Truss, ndlr] en a parlé elle-même, elle a dit qu’elle avait confondu l’Ukraine avec la Russie. Il est très important que cela ne se reproduise tout simplement plus, car ils [les représentants des pays occidentaux, ndlr] parlent si souvent de l’Ukraine et recommandent si souvent à la Russie ce qu’elle devrait faire sur son territoire, que de telles erreurs risquent de devenir tout simplement fatales".

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала