Valérie Pécresse se voit en Jedi dans la "Guerre des étoiles" présidentielle lors d'un discours

© AP Photo / Christophe EnaValérie Pécresse
Valérie Pécresse - Sputnik France, 1920, 11.02.2022
Nommée "personnalité politique de l’année", Valérie Pécresse a tenté un discours plus humoristique en comparant les différents candidats à la présidentielle à la saga Star Wars, mais sa métaphore n’a pas fait l’unanimité.
Valérie Pécresse a été élue jeudi 10 février "personnalité politique de l’année 2021" par le jury du Prix du Trombinoscope. Elle succède ainsi à deux autres candidats à la présidentielle, Anne Hidalgo en 2020 et Yannick Jadot en 2019. Présente à la cérémonie, la candidate des Républicains (LR) s’est lancée dans une métaphore filée sur la saga Star Wars qui n’est pas passée inaperçue.
"En fait cette campagne présidentielle avec vous c’est un peu “La Guerre des étoiles”", a-t-elle lancé, "il y a un peu la menace fantôme, c’est la gauche. Il y a un peu l’empire contre-attaque, c’est Macron, encore faut-il que l’empire attaque".
"Il y a l’attaque des clones, Éric Zemmour et Marine Le Pen", a-t-elle poursuivi, avant de s’attribuer à elle-même "le retour du Jedi" car elle "veut faire lever un nouvel espoir". Son intervention n’a non seulement pas suscité de réaction dans la salle, mais a été largement partagée sur les réseaux sociaux, tandis que #PecresseDetresse était en tendance ce vendredi sur Twitter.
"C’est super gênant", estime l’éditorialiste Alexis Poulain, fondateur du média Le Monde moderne. "La vache", commente l’avocat parisien Pierre Gentillet. Nathalie Elmas, secrétaire d’État chargée de l’Éducation prioritaire, a quant à elle reproché à la femme politique un manque "de dignité, de sérieux, de crédibilité". La séquence a également été reprise sur Malaise TV, un compte Twitter qui rassemble des moments gênants diffusés dans les médias.
Ce n’est pas la première fois que Valérie Pécresse fait référence à Star Wars. En décembre 2015, tout juste élue présidente de la région Île-de-France, elle avait souhaité faire une référence à la récente sortie au cinéma de l’épisode VII de la saga, remerciant ses collaborateurs d’un "que la Force soit avec vous".

Relancer la campagne

Valérie Pécresse a récemment subi deux défections de son camp au profit d’Emmanuel Macron, le député LR Éric Woerth, ancien ministre de Sarkozy, et la maire de Calais Natacha Bouchart. "Ça va lui donner la niaque", a assuré son entourage sur RTL. Elle reste toutefois la première candidate en termes de parrainages d’élus, selon le dernier décompte du Conseil constitutionnel.
Dans le dernier sondage BVA/Orange pour RTL publié ce 11 février, Mme Pécresse perd 1,5 point, à 14,5%, pour se retrouver derrière les 17% de Marine Le Pen et à peine devant les 14% d’Éric Zemmour. Emmanuel Macron, toujours sans être officiellement candidat, caracole en tête avec 25%. "Je suis la seule à pouvoir battre Emmanuel Macron", assurait pourtant la candidate en décembre après avoir remporté le congrès des Républicains.
Valérie Pécresse tiendra son premier grand meeting de campagne ce dimanche 13 février à Paris, dans l’espoir de redonner une dynamique à sa campagne, après avoir bénéficié d’un bond dans les sondages lorsqu’elle avait remporté l’investiture de son parti. "Nous entrons dimanche dans une nouvelle étape de cette campagne", assure à l’AFP son porte-parole Othman Nasrou.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала