Une planète dans l’orbite d’une naine blanche de la Voie lactée?

Voie lactée - Sputnik France, 1920, 12.02.2022
Des scientifiques soupçonnent l’existence d’une planète dans l’orbite d’une naine blanche de la Voie lactée. Elle pourrait contenir de l’eau à l’état liquide.
Des scientifiques de l'University College de Londres ont découvert des débris planétaires en orbite autour d’une naine blanche, rapporte un communiqué de l’institution. Leur structure évoque la présence d’une planète avoisinante, selon une étude publiée dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.
La découverte a été faite à proximité de la naine blanche WD1054–226, située dans la Voie lactée, à 117 années-lumière de la Terre. En observant sa lumière, les scientifiques ont remarqué qu’elle était obscurcie par d’énormes nuages de matière en orbite. Ceux-ci se sont avérés être des débris de corps planétaires, qui gravitent dans la zone habitable de l’étoile, c’est-à-dire celle susceptible d’abriter des planètes où l’eau existe à l’état liquide.
Les scientifiques ont en particulier été frappés par la régularité avec laquelle ils évoluent.
"C'est la première fois que des astronomes détectent un corps planétaire dans la zone habitable d'une naine blanche […] Leur régularité absolue, un passage devant l'étoile toutes les 23 minutes, est un mystère que nous ne pouvons actuellement pas expliquer", explique ainsi Jay Farihi, auteur principal de l’étude, dans le communiqué.
Une hypothèse avancée serait qu’une planète influe sur la trajectoire des débris, empêchant leur dispersion. Celle-ci, également située dans la zone habitable de la naine blanche, serait donc susceptible d’abriter de l’eau voire de la vie.
"Une hypothèse passionnante est que ces corps soient maintenus dans un schéma orbital aussi espacé à cause de l'influence gravitationnelle d'une planète proche […] Cette possibilité d'une planète dans la zone habitable est incroyable et inattendue ; nous ne cherchions pas cela", précise Jay Farihi dans le document.
Si l’hypothèse se justifie, la découverte prendrait encore plus de poids, les planètes en orbite autour de naines blanches étant très difficiles à détecter. Pour l’heure, les astronomes n’ont trouvé que des preuves provisoires, ayant trait à des géantes gazeuses comme Jupiter en orbite autour de naines blanches.

Les naines blanches

Cette nouvelle découverte enrichit également notre connaissance des naines blanches et renseigne sur l’avenir de notre système solaire. La grande majorité des étoiles, y compris le Soleil, sont en effet vouées à devenir un jour ou l’autre des naines blanches, après avoir brûlé leur hydrogène.
"Puisque notre Soleil deviendra une naine blanche dans quelques milliards d'années, notre étude donne un aperçu de l'avenir de notre propre système solaire", souligne Jay Farihi dans le communiqué.
Avant cette transformation en naine blanche, le Soleil se métamorphosera en géante rouge, en se dilatant et se refroidissant. Il devrait entrer dans cette phase d’ici 4 à 5 milliards d’années, avalant au passage Mercure, Vénus et peut-être la Terre. Le noyau de l’astre se refroidira ensuite, pour devenir une naine blanche.
Plus de 95% des étoiles finiront de la sorte, à l’exception des plus grandes, susceptibles d’exploser et de devenir des trous noirs.
Début février, des scientifiques britanniques avaient déjà fait une autre découverte importante à propos des naines blanches, observant qu’elles pouvaient avaler les débris d’exoplanètes.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала