Palais de l'Elysée  - Sputnik France, 1920, 21.09.2021
Présidentielle 2022
La prochaine élection présidentielle française va se dérouler du 10 au 24 avril 2022.

Pour Gérard Larcher, Éric Zemmour ne pourra remporter le second tour de la présidentielle - vidéo

© Sputnik . Vladimir Pesnya / Aller dans la banque de photosLe président du Sénat français Gérard Larcher lors de sa visite à Moscou
Le président du Sénat français Gérard Larcher lors de sa visite à Moscou - Sputnik France, 1920, 13.02.2022
Invité sur le plateau de BFM TV, Gérard Larcher a déclaré que le candidat du parti Reconquête à la présidentielle française ne pourra pas l’emporter lors du second tour s’il y parvenait. Une déclaration qui intervient dans un contexte de départs de membres chez Emmanuel Macron alors que la candidate Pécresse souhaite faire décoller sa campagne.
Entre Valérie Pécresse et Éric Zemmour, le duel se poursuit. En marge de son meeting au Zénith de Paris, elle a pu compter sur le soutien du président du Sénat, Gérard Larcher, qui au micro de BFM TV n’a pu s’empêcher de tacler le rival de sa championne.
Interrogé par un journaliste de la chaîne au sujet d’Éric Zemmour et de sa ligne politique, celui-ci a reconnu d’abord être en phase avec certains propos du rival, mais a rétorqué que celui-ci ne pourra jamais l’emporter s’il venait à participer au second tour de l’élection présidentielle.
"Il peut dire un certain nombre de choses que nous avons, j’allais dire, en même analyse, mais jamais Éric Zemmour ne pourra remporter un deuxième tour. Et à ceux qui sont tentés par ce choix, je leur dit très clairement: la seule alternative à Emmanuel Macron, c’est Valérie Pécresse!"
Le journaliste de BFM TV est revenu avec lui sur un sondage Ifop paru vendredi 11 février qui plaçait M.Zemmour au coude-à-coude avec Mme Pécresse à 15%. Face à cette affirmation, le chef du Sénat a répondu de manière ferme.
"Mais il ne peut pas l’emporter au second tour! Seule Valérie Pécresse peut l’emporter au second tour."
Interrogé par la chaîne sur les défections récentes du parti, M.Larcher a qualifié le ralliement d’Éric Woerth à Emmanuel Macron de déception.
"C’est une déception. C’est une déception qui touche dans l’amitié, mais c’est aussi une incompréhension. J’ai le souvenir de ce qu’il disait pour le budget 2020. Un budget de dépenses publiques incontrôlées. J’avoue que je ne comprends pas bien."

Des départs au profit de Macron

Ce meeting parisien devait être l’occasion pour Mme Pécresse de relancer sa campagne après une semaine difficile marquée par des départs chez Emmanuel Macron. Dans un entretien au Parisien mardi 8 février, l’ex-ministre du Budget et du Travail Éric Woerth a annoncé qu’il soutiendrait Emmanuel Macron. Celui-ci a estimé qu’un second mandat du Président serait "une chance pour la France" et il a qualifié ce dernier de Président expérimenté.
Le 10 février, la maire de Calais, Natacha Bouchart, a annoncé à son tour au Figaro qu’elle soutient l’actuel Président de la République.
"Je souhaite qu'il soit réélu, je veux continuer à travailler avec ce gouvernement."
Face à ce départ, le parti a choisi de remobiliser ses troupes. Vendredi 11 février, Gérard Larcher et Laurent Wauquiez étaient présents à Monéteau dans l’Yonne sur les terres du député LR Guillaume Larrivé. Ils ont tous fait front pour défendre leur candidate. Un élu LR du département a relativisé auprès du Figaro la situation autour de Mme Pécresse.
"Ce genre de période difficile survient toujours dans une campagne."
M.Larrivé a déclaré au Figaro que la candidate "ne se prenait pas pour la réincarnation de de Gaulle ou de Jeanne d’Arc" ni pour "un sauveur universel". Pour Laurent Wauquiez, "elle est une très belle incarnation de ce que peut être notre famille politique quand elle est rassemblée".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала