Cours d'Anti-néolibéralisme
Avec l’aide de l’économiste Omar Aktouf, professeur titulaire à HEC Montréal et membre du conseil scientifique d’ATTAC Québec, Sputnik entame une série d’émissions dans le but d’expliquer les fondements de ce néolibéralisme qui génèrent les crises répétitives.

Critique du néolibéralisme: le dirigeant et le leader naissent-ils "savants"?

© Sputnik . Par Omar AktoufLe professeur Omar Aktouf
Le professeur Omar Aktouf - Sputnik France, 1920, 14.02.2022
Pourquoi la communication, la pensée, la décision, la stratégie et les orientations demeurent dans les entreprises, gérées suivant les bases du management néolibéral américain, les attributs quasi-absolus des dirigeants et des leaders? Dans ce 34e cours d’"Anti-néolibéralisme", le Pr Omar Aktouf dévoile auprès de Sputnik sa cause fondamentale.
Depuis la fin Seconde Guerre mondiale, parmi les théoriciens du management, l’universitaire canadien Henry Mintzberg, 82 ans, est sans doute l’auteur le plus cité, le plus repris et le plus enseigné de nos jours. Enseignant-chercheur depuis 1968 à la Faculté de gestion des autels de l'université McGill de Montréal, dont il détient la chaire Cleghorn, il est présenté dans la littérature du management comme le penseur du renouveau. Dans le domaine de la communication en entreprise, Mintzberg estime que la communication directe, verbale en particulier, est le pivot du travail du gestionnaire, qui passerait près de 70% de son temps à exécuter des activités verbales.
Dans ce 34e cours d’"Anti-néolibéralisme", Omar Aktouf, professeur titulaire à HEC Montréal et membre du conseil scientifique d’ATTAC au Québec, s’interroge: "Si le dirigeant passe plus des deux tiers de son temps en communication verbale, sous forme de discussions en face-à-face, de réunions, de coups de téléphone, etc., quel est le contenu de sa communication? Que dit-il à ses collaborateurs?".

Les leaders sont-ils des "savants"?

"Le dirigeant qui passe les deux tiers de son temps à communiquer, à planifier, à organiser, à diriger et à contrôler, exécute ses tâches d’une façon singulièrement plus éclatée, moins systématique et moins scientifique que ce qu’on a toujours prétendu", explique le Pr Aktouf, rappelant que les théoriciens du mangement néolibéral, dont Mintzberg, ont toujours affirmé que "dans son travail, le leader ou le gestionnaire n’a pas forcément besoin de sciences ni de connaissances rigoureuses et approfondies".
Néanmoins, ajoute-t-il, "étant déifié et dépositaire du pouvoir absolu, à cause de ses qualités innées surhumaines que lui attribuent les théoriciens du management, le gestionnaire contrôle et concentre l’émanation de l’information, ce qui fait de ses ordres des contraintes indiscutables. Ceci a fini par accréditer le dirigeant ou le leader d’un savoir absolu, au-delà du pouvoir absolu, dont les subordonnés sont incapables de saisir les contours et les fondements".
Dans le même sens, tout en rappelant que le plus grand savant du XXe siècle, Albert Einstein, "considérait qu’il valait mieux +penser la nature+ avant de l’observer", Omar Aktouf estime que "pour +penser la nature+, il faut des têtes aussi bien remplies que bien faites. Ces têtes doivent être remplies non pas de connaissances mises au service de faiseur d’argent et de fortunes, mais de savoirs fondamentaux, de vraies sciences, notamment les sciences humaines et sociales, comme on en rencontre souvent chez les dirigeants japonais et allemands".

Quid des détenteurs de MBA?

Selon le Pr Aktouf, "Mintzberg s’est montré très critique dans ses travaux, que ce soit sur la stratégie ou la planification, à l’égard des dirigeants détenteurs MBA (Master of Business Administration) et la fausse prétention qu’ont les écoles de gestion de pouvoir théoriser et enseigner le travail de gestionnaire".
"Mintzberg s’en prend systématiquement à la prétention des hauts dirigeants, surtout des détenteurs de MBA, de savoir, comme sauraient des scientifiques, ce qu’il faut faire pour effectuer une bonne planification, pour élaborer des stratégies et pour diriger", poursuit-il, soulignant par ailleurs que "dans l’ensemble des travaux de Mintzberg, le gestionnaire est toujours le maître à bord, il a le quasi-monopole de la pensée, de la décision, de la stratégie et des orientations".
"Or, nous sommes à une époque où il faut, au contraire, revoir tous ces clichés dans le sens d’un rapprochement par rapport à la base et de la recherche d’une authentique collaboration avec l’ensemble des employés", ponctue-t-il. Et de conclure: "Cela implique que le gestionnaire descende de son piédestal pour permettre au modeste employé de penser, lui aussi, et d’aider à gérer l’entreprise".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала