Eurostat nomme le pays le plus pollué d’Europe

© Sputnik . Alexander Kryazhev / Aller dans la banque de photosUne centrale thermique
Une centrale thermique - Sputnik France, 1920, 17.02.2022
Les émissions de gaz à effet de serre augmentent avec la reprise économique post-Covid, mais la tendance générale reste à la baisse. La Bulgarie a été reconnue comme pays le plus "sale" d’Europe dans le dernier rapport d’Eurostat.
Au fur et à mesure que la pandémie cède du terrain, l’économie se redresse après une forte baisse d'activité en 2020, et avec elle la pollution de l’environnement, notamment à cause des émissions industrielles.
Ainsi, au troisième trimestre 2021, les émissions de gaz à effet de serre dans l'UE ont augmenté en raison de cette reprise économique, totalisant 881 millions de tonnes d'équivalent de CO2, ce qui est légèrement inférieur aux niveaux d'avant la pandémie, a calculé Eurostat, une direction générale de la Commission européenne chargée de l'information statistique à l'échelle communautaire.

La Bulgarie en tête

Ces émissions ont également augmenté de 6% par rapport au même trimestre de l'année précédente, précise la direction. Les secteurs économiques responsables de la plupart des émissions de gaz à effet de serre sont l'industrie manufacturière (23% du total), la fourniture d'électricité (21%), les ménages (14%) et l'agriculture (14%).
La plus forte croissance d’émissions a été enregistrée en Bulgarie (+22,7% par rapport à la même période l’année précédente). Elle est suivie de la Lettonie (+16,2%) et de la Grèce (+13,1%). En revanche, les émissions ont diminué en Slovénie (-2,6%), au Luxembourg (-2,3 %) et aux Pays-Bas (-1,6%) au troisième trimestre 2021.
Malgré l'effet du rebond économique, la tendance à long terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre persiste en Europe dans le cadre des objectifs assignés par l'UE, constate Eurostat.

La France aspire à l'industrie verte

Lors de sa visite, début février, sur le site industriel d’ArcelorMittal, le Premier ministre Jean Castex a formulé un objectif: " la neutralité carbone en 2050 avec une période intermédiaire en 2030 [inscrit dans la Stratégie nationale bas carbone (SNBC)]".
"La sidérurgie émet plus de 20 millions de tonnes de CO2 par an", a-t-il rappelé. Selon lui, l’un des objectifs clés est la décarbonation de l’industrie, "afin de respecter notre engagement actuel de baisser, entre 2015 et 2030, de 35% nos émissions de gaz à effet de serre dans ce secteur".
En outre, au sommet de l'aviation de Toulouse, début février, l'Union européenne a réaffirmé sa volonté d'arriver à la neutralité carbone d'ici à 2050.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала