- Sputnik France, 1920, 12.01.2022
Garanties de sécurité
Des consultations entre la Russie et les États-Unis et la Russie et l'Otan consacrées aux propositions russes sur les garanties de sécurité se sont déroulées en janvier 2022 à Genève et Bruxelles.

Il faut un "traité paneuropéen" de sécurité excluant l’Ukraine dans l’Otan, selon Pierre Laurent

© Sputnik . Irina Kalashnikova / Aller dans la banque de photosSénat
Sénat - Sputnik France, 1920, 23.02.2022
Paris aurait pu jouer un rôle beaucoup plus actif dans le règlement de la crise ukrainienne, mais il n’est pas trop tard pour trouver une solution diplomatique, selon le vice-président du Sénat Pierre Laurent. Il pourrait s’agir d’un traité excluant l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan.
Dans une interview au quotidien russe Izvestia, Pierre Laurent, vice-président du Sénat où il est également vice-président de la commission des affaires étrangères, de la défense et de forces armées, a donné sa vision de la crise ukrainienne dans le contexte de la sécurité européenne.
Selon lui, son pays, ainsi que toute l’Europe, avait pendant des années occupé une "posture passive" dans la crise ukrainienne.
La France cherche actuellement des solutions diplomatiques au conflit en Ukraine, mais aurait pu commencer à le faire beaucoup plus tôt, estime l’homme politique français.

Agir de façon "indépendante"

Interrogé sur l’idée proposée par Paris d’organiser un nouveau sommet entre la Russie et les États-Unis, Pierre Laurent dit qu’il pourrait être "dangereux" pour son pays d’assurer le lien entre Moscou et Washington.
La France devrait agir de manière plus "indépendante" et dans les "intérêts européens".
Le sénateur communiste avance qu’il faut bien se rendre compte que l’adhésion de l’Ukraine reste une question centrale du conflit et que les Américains voudraient utiliser le territoire ukrainien pour s’approcher des frontières russes.
Il faudrait élaborer un "traité paneuropéen de sécurité collective" entre la Russie et l’Europe en écartant la possibilité pour Kiev d’entrer dans l’Otan, propose le vice-président du Sénat.
D’après lui, un tel document serait une garantie de sécurité pour toutes les parties prenantes: l’Europe, la Russie et l’Ukraine.

Changements dans la Constitution ukrainienne

Pierre Laurent espère que les Accords de Minsk, prévoyant un statut spécial pour les Républiques populaires de Donetsk et Lougansk au sein de l’Ukraine, puissent offrir une "solution" et une base pour des "pourparlers" comme une "seule voie" vers le règlement de la crise ukrainienne.
En 2015, selon les Accords de Minsk, les autorités ukrainiennes auraient dû mettre en œuvre une réforme constitutionnelle prévoyant comme élément clef une décentralisation avec un statut spécial pour les Républiques de Donetsk et Lougansk.
Cette réforme n’a jamais été réalisée, mais en 2019 le parlement ukrainien a voté des amendements à la Loi principale du pays codifiant des ambitions nationales de devenir membre de l’UE et de l’Otan.

Reconnaissance par la Russie

Le 21 février, réagissant aux demandes adressées à lui par les chefs des Républiques de Donetsk et Lougansk face à l’escalade dans le Donbass et à la menace d’une offensive de l’armée ukrainienne, Vladimir Poutine a annoncé sa décision de reconnaître les Républiques comme des États indépendants.
Des traités d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle ont été signés avec leurs dirigeants.
Le 23 février, dans son discours devant l’Assemblée générale de l’Onu, l’ambassadeur russe Vassili Nebenzia a déclaré que dans des conditions de "génocide flagrant", la Russie "n'a pas pu rester indifférente quant au sort des quatre millions d'habitants du Donbass".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала