Une ex-employée britannique de Sputnik interpellée et interrogée par la police à Édimbourg

© Photo Pixabay / Engin_AkyurtUn ordinateur portable et un carnet de notes
Un ordinateur portable et un carnet de notes - Sputnik France, 1920, 25.02.2022
De retour de vacances, une ancienne journaliste britannique de Sputnik a été interpellée puis interrogée à l’aéroport d’Édimbourg. Elle lie cet incident à ses "articles publiés sur un site russe".
Une ancienne employée britannique de l’agence d’information russe Sputnik indique sur son compte Twitter avoir subi un interrogatoire à l’aéroport d’Édimbourg à son retour des vacances vendredi.
Johanna Ross, qui travaillait comme productrice exécutive entre 2015 et 2019 au bureau d'Édimbourg de Sputnik UK, a déclaré que la police avait saisi son téléphone et l'avait soumise à un déluge de questions pendant plus d'une heure par deux agents de la police aux frontières. Les questions allaient de "quel est le salaire de votre partenaire" à "quels contacts j'ai eus en Russie", précise la journaliste.
Elle dit avoir été photographiée, et les téléphones portables appartenant à elle et à sa fille confisqués.

Des liens avec Moscou en cause

"Tout cela parce que j'écris des articles publiés sur un site russe", assure-t-elle. Johanna Ross travaille actuellement en free-lance, notamment pour le site InfoBRICS.
Les téléphones lui ont finalement été restitués, "mais si j'ai bien compris, des données doivent être examinées qui pourraient "constituer une menace pour la sécurité nationale".
"Quiconque croit que c'est un pays libre se trompe malheureusement", conclut-elle.
Le groupe médiatique russe Rossiya Segodnya a annoncé en avril 2021 avoir arrêté la production de contenus au Royaume-Uni et fermé son antenne à Édimbourg. Une vingtaine d’employés ont été limogés. Cette décision faisait partie d'un plan visant à réorganiser la présence internationale du groupe de manière plus efficace, expliquait alors Rossiya Segodnya.

Médias russes en Occident

Ces derniers temps, les médias russes rencontrent des difficultés pour travailler en Occident. Ainsi, les correspondants de Sputnik et de RT ont perdu leurs accréditations à l'Élysée depuis l'élection d'Emmanuel Macron.
Le 1er février, la Commission d'enregistrement et de supervision des régulateurs des médias allemands a officiellement interdit la diffusion de la chaîne de télévision germanophone RT DE en Allemagne. En réponse à ces "actions inamicales", la Russie a fermé la station du correspondant de Deutsche Welle dans le pays.
Suite à ces incidents, l’ambassadeur russe a conseillé à la France d’en tirer des conclusions et de ne pas empêcher le travail des médias russes.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала