Donbass - Sputnik France, 1920, 24.02.2022
Opération militaire russe en Ukraine
Vladimir Poutine a annoncé le 24 février le début d’une "opération spéciale" pour "protéger les habitants" du Donbass.

Pékin rejette la faute du conflit militaire en Ukraine sur Washington

© Sputnik . Konstantin Mikhalchevsky / Aller dans la banque de photosDes militaires russes et des blindés à Armiansk
Des militaires russes et des blindés à Armiansk - Sputnik France, 1920, 27.02.2022
Alors que l’opération militaire russe bat son plein en Ukraine, poussant plusieurs pays à accuser la Russie d’avoir provoqué ce conflit, Pékin se range du côté de Moscou, exhortant Washington à "se demander qui a déclenché tout cela".
Sur fond d’accusations des pays occidentaux, principalement des États-Unis, qui rejettent la faute du conflit militaire sur la Russie et dénoncent l’inertie de la Chine dans son règlement, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijiana, a appelé le 26 février sur Twitter les États-Unis à réfléchir à leur rôle dans cette escalade.

"Les États-Unis devraient se demander qui a déclenché tout cela", indique le tweet, accompagné d'une image.

Celle-ci montre un homme habillé en Oncle Sam, symbolisant les États-Unis, qui se demande "Pourquoi la Chine ne fait-elle pas davantage pour éteindre le feu?". Pourtant, cet Oncle Sam lui-même "éteint" l’incendie autour d’un panneau avec l’inscription "Ukraine" avec de l'essence.
Le 23 février, le diplomate a qualifié les États-Unis de "véritable menace pour le monde". En guise de preuve, il a publié une "liste des bombardements américains: tour du monde de la démocratie" qui concerne 33 pays de 1950 jusqu’en 2015, notant qu’ils constituent environ un tiers de la population mondiale.
Les préoccupations sécuritaires de la Russie ont été qualifiées de légitimes le 26 février par le représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies, M.Zhang Jun, qui s'est abstenu de voter sur un projet de résolution du Conseil de sécurité condamnant l'opération russe en Ukraine.

"Nous pensons que la sécurité d'un pays ne peut être assurée en compromettant la sécurité d'autres pays. Dans le contexte des cinq vagues d'élargissement de l'Otan, les préoccupations légitimes de la Russie en matière de sécurité doivent être respectées", a déclaré le diplomate, prônant un concept commun et global de sécurité.

Opération militaire en Ukraine

L’opération militaire russe s'est déclenchée le 24 février après que Vladimir Poutine a reconnu le 21 février l’indépendance des Républiques de Lougansk et de Donetsk, expliquant que l'Ukraine ne respecte pas les accords de Minsk et que la situation dans le Donbass peut être qualifiée de "génocide".
Le 23 février, le Comité d’enquête russe a fait état de 2.600 civils tués et 5.500 blessés dans le conflit dans le Donbass depuis 2014. 2.200 infrastructures civiles ont été détruites.
Le Président russe a alors souligné que les plans de Moscou n'incluaient pas l'occupation des territoires ukrainiens, mais la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine, ce qui a été confirmé le 25 février par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov qui assure que cela va permettre aux Ukrainiens de "déterminer librement leur avenir", une fois qu'"ils se seront libérés de leur joug".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала