Gaz: L’Afrique peut devenir un partenaire fiable pour l’Europe, mais dans combien de temps?

Gaz naturel - Sputnik Afrique, 1920, 25.07.2022
L’Union européenne a présenté le 18 mai le plan REPowerEU afin de diminuer sa dépendance au gaz russe. Cette diversification des importations décidée par Bruxelles est une opportunité pour l’Afrique, mais la mise en pratique de cette initiative prendra du temps.
Les problèmes énergétiques rencontrés par l’Europe depuis la décision de l’Union européenne de se passer progressivement de gaz russe sont une aubaine pour le continent africain et en particulier pour la Mauritanie et le Sénégal qui se sont lancés dans la production de gaz. Le gisement de Grande Tortue Ahmeyim (GTA) géré conjointement par Dakar et Nouakchott doit être mis en service au troisième trimestre 2023.

Comme le rapporte Jeune Afrique, la production du GTA sera amenée à augmenter considérablement dans les années à venir. Si celle-ci devait atteindre plus de 2,5 millions de tonnes par an lors des premières années de sa mise en service, elle devrait d'ici à 2026 atteindre plus de 10 millions de tonnes.
Or, une récente étude de Rystad Energy a établi que la capacité de production gazière africaine pourrait atteindre, d’ici à la fin des deux prochaines décennies, environ 75% du volume annuel produit par la Russie.

La proximité géographique avec l’Europe est un autre atout pour le Sénégal et la Mauritanie. Depuis les USA, l’acheminement du gaz prend entre douze et seize jours tandis que Dakar et Nouakchott peuvent le faire sous forme liquéfiée dans un délai de trois à cinq jours.

Le média précise que la Mauritanie compte poursuivre sa politique d’exploitation de ses ressources naturelles afin de pouvoir compter sur l’échiquier international. Celle-ci peut devenir un partenaire énergétique fiable pour l’Europe tout en étant capable de développer rapidement les infrastructures nécessaires pour exporter son gaz de l’autre côté de la Méditerranée.

Un gaz convoité par l’Europe

Le 22 mai, le chancelier allemand Olaf Scholz s’est rendu au Sénégal afin de rencontrer Maki Sall, le Président. L’intérêt du leader allemand pour le gaz de Dakar a été clairement mis en avant lors d’une conférence de presse. Il avait déclaré que son gouvernement était prêt à poursuivre le travail avec l’État ouest-africain et qu’il discutait déjà avec Dakar de projets de développement gazier et de GNL. M.Sall avait alors répliqué que c’était une question qui méritait d’être poursuivie de manière intensive.
Cet intérêt européen pour le gaz africain s’explique par le fait que celui-ci permettra de limiter les importations de gaz de schiste américain, connu pour les dégâts entraînés sur les sols et les nappes phréatiques.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала