Moins de Français volontaires pour accueillir des réfugiés ukrainiens

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Aller dans la banque de photosPasseport ukrainien
Passeport ukrainien - Sputnik Afrique, 1920, 26.07.2022
Trouver une famille d’accueil en France relève désormais du parcours du combattant pour un Ukrainien. Les aides promises par l’État tardent à venir et les familles ne proposent que des solutions temporaires.
Le provisoire qui s’éternise joue sur les nerfs des familles françaises qui ont voulu faire preuve de solidarité en accueillant des réfugiés ukrainiens. Claudine Charieyras, présidente de l’association Accueil Familles du monde a expliqué lundi 25 juillet au micro de Franceinfo que certaines familles qui hébergent des déplacés originaires d’Ukraine sont "vraiment en souffrance".
Une des causes de cette souffrance est l’aide financière de 150 à 200 euros annoncée par le gouvernement début juillet qui tarde à venir. Mme Charieyras a précisé que certaines familles n’ont encore reçu aucune aide. Elle précise qu'elle est attendue avec impatience alors que l’hiver va arriver et que les charges locatives vont être conséquentes. En Corrèze, 44 personnes sont hébergées dans des familles qui n’ont toujours pas reçu la moindre aide de la part de l’État ou des collectivités locales. Elle a affirmé au média qu’il est très compliqué de trouver des familles d’accueil actuellement.
"Il est très, très compliqué de trouver des familles d'accueil. Le bénévolat a ses limites. Quand on héberge à la maison, soit à son domicile, soit dans un petit logement à côté. On veut bien le faire pour un mois, deux mois, trois mois, mais on ne voit pas d'issue et on se dit que l'on ne va pas pouvoir subvenir financièrement à toutes ces charges, puisque les personnes ne sont pas forcément des gens qui ont des moyens suffisants".
Isabelle Négrier, présidente de l’association Cœur, a confirmé cette tendance auprès de Franceinfo. Selon elle, trois paramètres jouent en défaveur de l’accueil des réfugiés. Tout d’abord, c’est l’intimité de la famille qui est un peu mise à mal au bout d’un certain nombre de semaines. Ensuite, l’accueillant ne se sent pas du tout encadré et tout consulter des sites internet pour prendre connaissance des aides. Enfin, le dernier frein à l’accueil de déplacés est le manque de projection dans l’avenir. Les gens ne voient pas l’issue du conflit et cela engendre une grande incertitude sur la durée d’accueil selon Mme Négrier. Actuellement, 100.000 Ukrainiens se trouvent en France depuis le début de l’opération spéciale russe en Ukraine.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала