L’Afrique du Sud envisage d’importer de l’électricité pour atténuer la crise énergétique

© AFP 2022 THEMBA HADEBECyril Ramaphosa, Président sud-africain, 28 avril 2021
Cyril Ramaphosa, Président sud-africain, 28 avril 2021 - Sputnik Afrique, 1920, 26.07.2022
L’Afrique du Sud envisage d’importer de l’électricité de pays comme le Botswana et la Zambie pour atténuer la crise énergétique qui cause des dommages immenses à l’économie, a indiqué lundi le Président sud-africain Cyril Ramaphosa.
"Pour mettre fin aux délestages, nous devons de toute urgence ajouter une capacité énergétique beaucoup plus importante au réseau national", a déclaré M. Ramaphosa dans un discours télévisé sur les mesures prévues par son gouvernement pour remédier à la crise de l’électricité qui s’est aggravée durant les dernières semaines.
Il a expliqué ainsi que l'Afrique du Sud dispose d'une capacité de production installée de 46.000 MW, alors que seulement 60 % de cette capacité est disponible au niveau du réseau national en raison des pannes récurrentes et du programme de maintenance planifiée mis en place par la compagnie d'électricité publique Eskom.
"Le système électrique national reste peu fiable, ce qui décourage les investisseurs et réduit la compétitivité de notre économie", a-t-il poursuivi, notant que le pays a besoin d’une action audacieuse pour combler le déficit d'électricité.
Le chef d’État a rappelé également qu'Eskom fait face à une série de défis qui l'affectent sévèrement, notamment des unités de production obsolètes, une dette de près de 400 milliards de rands (24 milliards de dollars), ainsi que des actions de sabotage et de vandalisme qui visent les centrales électriques.
Mettant l'accent sur l'importance de mobiliser le secteur privé pour renforcer la production électrique nationale, M. Ramaphosa a affirmé que le gouvernement envisage de lever complètement le seuil des 100 MW imposé aux producteurs indépendants, ainsi que de promouvoir davantage l’utilisation des énergies renouvelables.
Depuis 2005 déjà, le pays le plus industrialisé d'Afrique peine à alimenter son réseau électrique avec suffisamment d'électricité pour la consommation des ménages et des entreprises. Pour cause, des centrales électriques vieillissantes suite à un manque d'entretien et d'investissements dans ses infrastructures.
Le groupe bancaire anglo-sud-africain Investec a affirmé récemment que l’économie sud-africaine risque de subir une récession en 2022 si la crise de l'électricité se poursuit durant les prochains mois.
"La croissance du PIB sud-africain en 2022 dépendra désormais de la durée pendant laquelle le pays connaîtra de graves coupures d’électricité", a souligné l’économiste en chef d'Investec, Annabel Bishop, mettant en garde que si la crise actuelle persiste, l'Afrique du Sud verra une contraction du PIB au troisième trimestre de cette année.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала