Trois membres de la mission de l'Onu et 12 manifestants tués dans l'est de la RDC

© AFP 2022 MICHEL LUNANGAUn soldat de l'Onu et des manifestants qui portent une affiche contre la mission de maintien de la paix en République démocratique du Congo (MONUSCO) dans les sites de l'ONU à Goma le 25 juillet 2022.
Un soldat de l'Onu et des manifestants qui portent une affiche contre la mission de maintien de la paix en République démocratique du Congo (MONUSCO) dans les sites de l'ONU à Goma le 25 juillet 2022. - Sputnik Afrique, 1920, 26.07.2022
Trois membres de la mission de l'Onu et au moins douze manifestants ont été tués mardi dans deux villes de l'est de la République démocratique du Congo, au deuxième jour de manifestations contre les Nations unies, accusées d'inefficacité dans la lutte contre les groupes armés.
À Butembo, troisième ville de la province du Nord-Kivu, "trois morts parmi les membres de la Monusco (Mission de l'Onu en RDC), deux Indiens et un Marocain, et un blessé" ont été recensés et du "côté manifestants, sept morts et plusieurs blessés", a déclaré à l'AFP le colonel Paul Ngoma, chef de la police urbaine.
Il s'agit d'"un Casque bleu et (de) deux membres de la Police des Nations unies", a précisé la Monusco dans un communiqué, ajoutant que "des assaillants ont violemment arraché des armes à des éléments de la Police nationale congolaise et tiré à bout portant sur nos forces de maintien de la paix".
La mission onusienne "condamne fermement cette attaque que rien ne justifie", a-t-elle ajouté.
Selon un communiqué de l'armée royale marocaine, le Casque bleu marocain tué "a succombé à ses blessures causées par des tirs d'armes à feu".

"Conséquences à tirer"

Dans l'après-midi, la situation était toujours très tendue à Butembo, important carrefour commercial où les activités ont été paralysées durant toute la journée.
Devant une base de la Monusco, des manifestants ont été dispersés par les forces de sécurité, selon plusieurs témoins. "Parmi ces jeunes gens, on trouve des armes", a déploré le colonel Ngoma.
À Goma, la capitale provinciale, le porte-parole du gouvernement congolais, Patrick Muyaya, a fait état d'"au moins cinq morts" parmi les manifestants, promettant de revenir dans une conférence de presse "sur le bilan humain, matériel, ainsi que les conséquences à tirer" de ces manifestations.

Protestations régulières

En RDC, des manifestations sont régulièrement organisées pour exiger le départ des Casques bleus, accusés d'inefficacité dans la lutte contre des dizaines de groupes armés locaux et étrangers qui déstabilisent l'est du pays depuis près de 30 ans.
Présente dans le pays depuis 1999, la Monuc (Mission de l'ONU au Congo) qui est devenue la Monusco (Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC) en 2010, compte actuellement plus 14.000 soldats de la paix. C'est l'une des plus importantes et des plus coûteuses missions de l'ONU au monde, avec un budget annuel d'un milliard de dollars.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала