Manifestation à Ouagadougou contre la présence française

CC BY 2.0 / Jeff Attaway / monumentOuagadougou, Burkina Faso
Ouagadougou, Burkina Faso - Sputnik Afrique, 1920, 30.07.2022
Une manifestation en faveur du retrait des troupes françaises du Burkina Faso s'est déroulée à Ouagadougou.
Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées ce samedi 30 juillet à Ouagadougou pour protester contre la présence de la France au Burkina Faso, appelant à une grande mobilisation le 12 août.
Le rassemblement s'est déroulé devant le mémorial érigé à la mémoire de Thomas Sankara, ex-président burkinabè "progressiste" assassiné lors du coup d'Etat de 1987 fomenté par Blaise Compaoré, proche de la France jusqu'à sa chute en 2014.
Les protestataires ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: "France, parrain du terrorisme, dégage", "Tous ensemble pour la libération du Burkina Faso", "France impériale, tyran, sangsue, dégage", où encore "non aux accords de coopération avec la France".
"Nous dénonçons les accords de partenariat économique, l'installation des détachements et des bases militaires sur le continent" africain et "exigeons le départ de la base militaire de Kamboissin (nord-ouest de Ouagadougou), la fin de la convention d'assistance technique et des accords de coopération avec la France", a déclaré Monique Yeli Kam, présidente d'une nouvelle coalition d'organisations rassemblées au sein du M30 Naaba Wobgo, du nom d'un ancien empereur mossi qui s'était opposé à la France au XIXe siècle.

Présence française au Burkina

La France, ex-puissance coloniale au Burkina (ex-Haute Volta), dispose d'une base militaire à Ouagadougou et son aviation intervient régulièrement depuis le Niger voisin, en soutien à des opérations de l'armée burkinabè contre les jihadistes.
Le Burkina Faso, où des militaires ont pris le pouvoir en janvier en promettant de faire de la lutte anti-jihadiste leur priorité, est confronté comme plusieurs pays voisins à la violence de mouvements armés jihadistes affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique. Ces violences ont fait des milliers de morts et quelque deux millions de déplacés depuis 2015.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала