Intérêts nationaux, emploi de la force… la Russie présente sa Doctrine navale

© Sputnik . Mikhaïl Klimentiev / Aller dans la banque de photosVladimir Poutine signe la nouvelle Doctrine maritime russe, le 31 juillet 2022
Vladimir Poutine signe la nouvelle Doctrine maritime russe, le 31 juillet 2022 - Sputnik Afrique, 1920, 31.07.2022
La Russie dispose désormais d’une nouvelle Doctrine maritime, approuvée par Vladimir Poutine qui détermine les limites des zones d’intérêts nationaux, notamment en Arctique et en mer Noire, et indique les menaces principales pour la sécurité du pays.
Le Président et chef suprême des armées a entériné ce dimanche 31 juillet, à l’occasion de la Journée de la marine russe, la nouvelle version de la Doctrine maritime du pays. Voici les points clés de ce document.

La politique des USA et de l’Otan est une menace

La politique des États-Unis qui cherchent à devenir une puissance dominante dans les océans du monde constitue le défi principal pour la sécurité nationale de la Russie, indique la nouvelle doctrine navale.
"Les principaux défis et menaces à la sécurité nationale et au développement durable de la Russie relatifs à l’Océan mondial sont:
la politique des États-Unis qui souhaitent asseoir leur domination sur l'Océan mondial et influer sur l’évolution des processus internationaux, y compris en matière d’utilisation des voies de transport et des ressources énergétiques de l’Océan mondial;
le désir des États-Unis et de leurs alliés de limiter l'accès de la Russie aux ressources de l'Océan mondial et des voies de transport maritime importantes."
L’avancement de l’infrastructure militaire de l’Otan aux frontières russes et l'augmentation du nombre d'exercices de l'Alliance dans les eaux des mers adjacentes au territoire russe sont aussi mentionnés parmi les menaces pour la sécurité nationale. La Russie mènera sa politique maritime sur l’axe atlantique compte tenu de l’existence de l’Otan dont les activités s’opposent à Moscou et à ses alliés.

Emploi de la force

La Russie peut utiliser la force militaire pour défendre ses intérêts dans les océans du monde si les possibilités diplomatiques sont épuisées.
"La Russie utilise principalement des outils politiques, diplomatiques, économiques, informationnels et d’autres outils pacifiques pour défendre ses intérêts nationaux dans d'importantes régions (zones) de l'océan mondial. Lorsque les possibilités d'utiliser ces outils sont épuisées, elle peut utiliser la force militaire en fonction de la situation", note la doctrine.

Régions importantes pour la sécurité russe

Selon la doctrine, les "régions importantes" sont celles qui affectent le développement économique, le bien-être de la population, la sécurité nationale et stratégique du pays.
"Ces régions (zones) sont: les eaux des océans et des mers adjacentes à la côte russe, y compris les mers d'Azov et Noire; la partie orientale de la mer Méditerranée; les détroits de la mer Noire, de la Baltique et des Kouriles; les zones de passage des voies de communication maritimes mondiales, y compris celles longeant les côtes asiatiques et africaines", indique la doctrine.
Ainsi, la Russie va développer sa flotte de la mer Noire, son infrastructure en Crimée et dans le territoire de Krasnodar. Elle entend "renforcer ses positions géopolitiques dans les mers Noire et d’Azov et œuvrer pour le respect des normes juridiques internationales favorables à la Russie" relatives à ces deux mers et à l’exploitation de leurs ressources biologiques et en hydrocarbures.

Intérêts nationaux

La Doctrine maritime précise les intérêts nationaux de la Russie:
- développement du potentiel maritime et renforcement de la capacité de défense de la Russie dans les océans du monde;
- liberté de la haute mer, y compris libertés de navigation, de vol, de pêche, la recherche scientifique;
- droit de poser des câbles et des pipelines sous-marins;
- droit de prospecter et d’exploiter les ressources minérales dans les eaux internationales;
- sécurité des oléoducs sous-marins ayant une importance stratégique;
- accès garanti de la Russie aux voies de transport maritime globales

Nouveaux points logistiques de la Marine à l’étranger

Parmi les risques pour les activités maritimes de la Russie, la nouvelle doctrine nomme entre autres un nombre insuffisant de points d’approvisionnement des navires militaires et civils en dehors du territoire national.
Le pays compte donc construire de nouveaux points d’approvisionnement technique pour ses navires dans la région Asie-Pacifique, en mer Rouge et dans certains pays de la Méditerranée.
"La Russie va maintenir sa présence navale dans le golfe Persique grâce aux points d’appui logistique en mer Rouge et dans l’océan Indien et utiliser l’infrastructure des États de la région", indique le document.

Arctique

La Russie n’a pas achevé la délimitation juridique internationale des espaces maritimes dans l’Arctique et constate des tentatives de revoir des dispositions du droit international régissant les activités maritimes dans l'Arctique, indiquent les auteurs de la doctrine.
La Russie entend donc "intensifier et diversifier" ses activités maritimes au Svalbard, sur la terre François Joseph, en Nouvelle-Zemble et sur l’île Wrangel. Elle envisage de contrôler les activités militaires d’autres pays dans la région de la Route maritime du Nord.
Les autorités comptent augmenter le potentiel militaire de la flotte du Nord, des forces du Service fédéral de sécurité et de la Garde russe, ainsi que développer son système de bases navales dans la région.

Construction des navires et écologie

La Russie compte élargir l’emploi de technologies numériques avancées dans la Marine et localiser au maximum les constructions navales sur le territoire russe.
La nouvelle doctrine maritime prévoit le développement d’usines permettant de construire des porte-avions modernes et d’autres gros navires. Il s’agit notamment de développer les chantiers navals en Extrême-Orient.
La Russie entend perfectionner ses technologies de démantèlement de navires à propulsion nucléaire et de déchets nucléaires.
"L'une des priorités des activités maritimes de la Russie est de garantir la sécurité écologique du milieu marin, de préserver et rétablir les écosystèmes marins […]. La Russie développe les infrastructures de sa flotte à propulsion nucléaire, améliore le mécanisme de contrôle permettant l’utilisation sécuritaire de cette flotte et perfectionne ses technologies de démantèlement de navires à propulsion nucléaire et de déchets nucléaires."
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала