"L’ambassade d'Ukraine a menti": Beyrouth s’explique sur l’arrestation du cargo avec le grain russe

© Sputnik . Ekaterina Tchesnokova  / Aller dans la banque de photosDrapeau libanais, image d'illustration
Drapeau libanais, image d'illustration  - Sputnik Afrique, 1920, 03.08.2022
Moscou a prouvé que le grain transporté par le cargo syrien Laodicea était en provenance de Russie et non d’Ukraine comme le prétendait Kiev. Ainsi, après une immobilisation de quelques jours, le navire pourrait quitter prochainement le port de Tripoli pour la Syrie, a appris Sputnik auprès des autorités libanaises.
Arrêté dimanche au port de Tripoli à la demande de Kiev, le cargo Laodicea chargé de farine et d'orge et battant pavillon syrien a été autorisé à partir après que les autorités libanaises ont conclu qu'il n'y avait pas d'infractions pénales.
L'ambassade de Russie avait fourni au gouvernement libanais tous les documents confirmant que le grain était d'origine russe.
"Oui, les diplomates ont vraiment prouvé que la farine et l'orge à bord du cargo Laodicea provenaient de Russie. Il s'avère que l'ambassade d'Ukraine a menti lorsqu'elle nous a persuadés d'arrêter le navire transportant des céréales prétendument "volées" en provenance d'Ukraine", a expliqué à Sputnik Amal Abu Zayed, conseillère présidentielle libanaise pour les affaires russes.

Pas de demande de la part syrienne

Dans le même temps, Sputnik a appris que la partie libanaise n’avait reçu aucune demande de la Syrie. D'un point de vue juridique, le navire appartient à une société privée et par conséquent, Damas n'a formellement aucun droit de faire de telles demandes, a précisé Abou Zeid.
Le ministre libanais de l’Économie et du Commerce Amin Salam a indiqué à Sputnik que Kiev affirmait que le navire était sous sanction de l’Ukraine et des États-Unis et n’avait pas le droit pour cette raison de se trouver dans les eaux territoriales libanaises. Or, selon le ministre, son pays n’avait initialement aucune intention de garder le grain transporté ou de le vendre car il s’agit d’un volume insignifiant de 5.000 tonnes alors que d’habitude le Liban importe des volumes d’environ de 49.000 tonnes.

Du grain volé?

Le 29 juillet, le ministère libanais des Affaires étrangères a annoncé sur Twitter qu'il avait reçu un certain nombre d'avertissements des ambassades européennes concernant l'origine des produits agricoles sur le cargo syrien.
Mardi la chaîne de télévision libanaise LBC a affirmé, citant des sources proches du dossier, que le procureur en chef du Liban, Ghassan Ouweidat, avait annulé l'arrestation du navire après avoir vérifié l'origine de la marchandise.
Saluant ces informations, les diplomates russes au Liban ont dénoncé "une provocation de la part des Ukrainiens et de leurs patrons occidentaux".
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала