Le Brésil vend son dernier porte-avions construit en France en 1963

© AP Photo / Douglas EngleLe porte-aéronefs brésilien São Paulo passe devant le célèbre mont du Pain de Sucre avant d’arriver à Rio de Janeiro, au Brésil, le 17 février 2001.
Le porte-aéronefs brésilien São Paulo passe devant le célèbre mont du Pain de Sucre avant d’arriver à Rio de Janeiro, au Brésil, le 17 février 2001. - Sputnik Afrique, 1920, 05.08.2022
Le Brésil s'est débarrassé, jeudi, de son porte-avions, le plus grand navire militaire de son histoire et le dernier porte-avions qu’il possédait, parti pour la Turquie, où il sera démantelé après avoir été vendu comme ferraille.
Ce qu'il restait du navire de 265 mètres de long et de 32.800 tonnes après le retrait de tous ses équipements, y compris les équipements de navigation, est parti pour la Turquie, propulsé par un remorqueur hollandais, qui l'a récupéré au quai de l'Arsenal de la Marina à Rio de Janeiro.
Le porte-avions désemparé était ancré à Rio de Janeiro depuis mars de l'année dernière, lorsqu’il a été vendu à la ferraille pour environ 2 millions de dollars au constructeur naval turc Sok Denizcilikve Tic, spécialisé dans le démantèlement de navires.
Avant d'être désactivé, en février 2017, il était devenu le plus ancien porte-avions au monde en activité.

Racheté à la France

Le navire, construit en France en 1963, avait la capacité d'abriter 1.300 membres d'équipage et de transporter 30 chasseurs-bombardiers et hélicoptères.
Le "Sao Paulo", acheté au gouvernement français pour 12 millions de dollars, a été mis en service par la Marine en avril 2001 et était le deuxième et le dernier de la flotte navale du pays.
Le premier, qui a opéré entre 1960 et 2001, était le "Minas Gerais", un porte-avions construit au Royaume-Uni entre 1942 et 1945.
Avant d'être racheté par le Brésil, le Sao Paulo a servi la Marine nationale française entre 1963 et 2000 sous le nom de FS Foch et a participé à des opérations de combat en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe.
Au Brésil, cependant, il a passé plus de temps à l'arrêt qu'à naviguer en raison de différents problèmes mécaniques et d'accidents, dont deux incendies avec des victimes.

Servi de base à 566 décollages d'avions

Le Sao Paulo a passé 206 jours en mer, parcouru 85 334 kilomètres et servi de base à 566 décollages d'avions, principalement le chasseur naval AF-1 (McDonnell Douglas A-4 Skyhawk), selon les données de la Marine.
L'Institut São Paulo/Foch a tenté d'empêcher la vente de la coque pour en faire un musée par recours judiciaire, sur le modèle de ce qui a été fait avec le porte-avions américain Intrepid à New York, mais le projet a été abandonné par la Marine elle-même. .
La marine brésilienne ne possède pas de porte-avions depuis le démantèlement du Sao Paulo mais en 2018 elle a acquis le porte-hélicoptères polyvalent Atlantique (PHM), long de 203 mètres et ayant la capacité d'exploiter sept appareils simultanément et d'en transporter douze autres.
Le Plan stratégique de la Marine pour 2040, présenté l'année dernière et qui est à l'examen par le président Jair Bolsonaro, prévoit l'acquisition d'un nouveau porte-avions.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала