Donbass - Sputnik Afrique, 1920, 21.07.2022
Donbass. Opération russe
La Russie a lancé le 24 février 2022 une opération militaire en Ukraine pour protéger les habitants du Donbass.

Quand la campagne menée par les États-Unis pour isoler la Russie et la Chine échoue

© AP Photo / Ivan SekretarevLes drapeaux russe et américain
Les drapeaux russe et américain - Sputnik Afrique, 1920, 05.08.2022
Malgré la volonté unanime des pays du G7 d'isoler la Russie, près de la moitié des membres du G20 refusent de poursuivre cet objectif, selon Bloomberg.
Lorsque les dirigeants du G7 se sont réunis dans les Alpes bavaroises en juin, ils se sont engagés à soutenir l'Ukraine sur le long terme. Leurs homologues du G20 se montrent moins favorables, écrit l’agence Bloomberg.
De hauts responsables des pays les plus riches du G20 ont tenté de convaincre d'autres États de la nécessité de telles mesures, mais ils n'ont pas voulu suivre. Composé de nations qui représentent environ 85% de la production économique mondiale, le groupe est censé être plus représentatif du monde. Pourtant, seule la moitié d'entre eux a rejoint les sanctions internationales imposées à la Russie.

"Réalité inconfortable" de Blinken

En particulier, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a été confronté à cette "réalité inconfortable" lors de sa longue tournée en Asie du Sud-Est et en Afrique. La situation actuelle complique sérieusement la mise en œuvre d'initiatives mondiales telles que la limitation du prix du pétrole russe, souligne l’agence.
Il y a plusieurs raisons à une telle retenue des pays du G20. Parmi elles figurent les liens historiques avec Moscou, les craintes des pays pour leur économie et la méfiance à l'égard des anciennes puissances coloniales.
L’agence souligne entre autres que la Russie entretient des liens étroits avec l’Inde, la Chine et plusieurs pays africains, dont l’Afrique du Sud.
Après le début de l'opération spéciale russe en Ukraine, l'Occident a intensifié la pression des sanctions sur Moscou. De nombreux pays ont annoncé le gel des avoirs russes, des pays affirment vouloir abandonner l'énergie russe. Toutefois, certaines mesures se sont avérées être contre-productives : elles ont entraîné une hausse de l'inflation et des prix des denrées alimentaires, du carburant et de l’énergie.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала