Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    RAPPORT DE DMITRI MEDVEDEV SUR INTERNET

    Actualités
    URL courte
    0 3 0 0

    Dmitri Medvédev a répondu aux questions sur Internet pendant un peu plus de 2 heures en régime on-line. C’était une sorte de rapport du premier-vice-premier ministre, en charge dans le gouvernement de l’application des projets sociaux prioritaires.

    Dmitri Medvédev a répondu aux questions sur Internet pendant un peu plus de 2 heures en régime on-line. C’était une sorte de rapport du premier-vice-premier ministre, en charge dans le gouvernement de l’application des projets sociaux prioritaires.
    L’enseignement, la santé publique, le logement accessible et le développement de l’agriculture – telles sont les 4 composantes, considérées il y a 18 mois comme prioritaires dans la sphère sociale. Leurs objectifs sont évidents, dit le premier-vice premier ministre Dmitri Medvédev.
    L’élévation de la qualité de la vie des gens dans tous les domaines : santé, enseignement, accès au logement à des prix accessibles, possibilité de vivre et de travailler normalement à la campagne.
    Selon Dmitri Medvédev, le mécanisme de réalisation de ces programmes tourne déjà. Mais l’auditoire voulait connaître plutôt les possibilités réelles d’acquisition des logements, l’accessibilité de l’hypothèque, de l’enseignement et des allocations pour les enfants. Répondant à ces préoccupations, Medvédev a déclaré que le gouvernement chercherait à faire baisser les taux des prêts hypothécaires pour faciliter aux citoyens la solution de cette « question maudite » pour la Russie. Un soutien matériel appréciable est déjà accordé aux mères ayant un deuxième enfant, les programmes de crédits avantageux aux fermiers et aux paysans sont en marche, a souligné Dmitri Medvédev.
    L’auditoire sur Internet ne s’est pas contenté de presser l’orateur de questions : il a aussi proposé ses moyens de régler les problèmes, ce qui a donné un dialogue direct du pouvoir avec la société.
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik