Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    LA RUSSIE EST CONVAINCUE QUE L’INGERENCE DANS LES AFFAIRES INTERIEURES DES AUTRES PAYS SOUS PRETEXTE DE LUTTE POUR LA DEMOCRATIE ET LES DROITS DE L’HOMME EST INADMISSIBLE

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    La Russie est convaincue que l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays sous prétexte de lutte pour la démocratie et les droits de l’homme est inadmissible.

    La Russie est convaincue que l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays sous prétexte de lutte pour la démocratie et les droits de l’homme est inadmissible. C’était le commentaire du MAE de Russie à propos du rapport du département d’état des Etats-Unis sur les droits de l’homme et la démocratie dans le monde.
    Il convient de rappeler que dans le chapitre de ce document consacré à la Russie il est déclaré que les Etats-Unis ont l’intention d’influer sur le développement de la démocratie dans notre pays et le déroulement des élections législatives et présidentielles. Pourtant, à la différence des Etats-Unis, la Russie participe aux principaux traités internationaux sur les droits de l’homme, elle mène une lutte active pour leur réalisation, rappelle le vice-ministre des AE de Russie Alexandre Yakovenko dans une interview exclusive à notre station de radio. Les principes de Russie sont les suivants :
    D’abord, les droits de l’homme doivent être discutés dans le format d’un dialogue bénévole, basé sur l’égalité et le respect mutuel. Seulement dans ce cas la coopération en matière de défense des droits de l’homme peut rapprocher les pays et favoriser une interaction constructive entre eux.
    Ensuite, nous partons du fait que les états doivent jouer le rôle principal et assumer la responsabilité pour la défense des droits de l’homme sur leur propre territoire. Les institutions internationales, les ONG doivent assurer une fonction secondaire.
    Troisième point : la Russie reconnait que la situation avec les droits de l’homme dans tel ou tel pays peut inquiéter la communauté internationale. Mais nous sommes convaincus que l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays sous prétexte de lutte pour les droits de l’homme est inadmissible.
    Quatrième point : la Russie veut que l’on tienne compte des particularités nationales, religieuses, culturelles et historiques, du niveau du développement et de la situation socio-économique des pays au moment d’évaluer la situation avec les droits de l’homme.
    Cinquième point : nous dénonçons la politique des deux poids, deux mesures dans le domaine des droits de l’homme.
    Sixième point : nous trouvons nécessaire de dépolitiser le domaine de défense des droits de l’homme. Il est inadmissible d’en profiter pour faire une pression politique ou régler les comptes.
    Septième point : la Russie se prononce contre les tentatives de certains pays et des ONG d’imposer leurs propres approches à la sphère des droits de l’homme.
    Nous suivrons toujours ces principes dans l’avenir, a conclu le vice-ministre des AE de Russie Alexandre Yakovenko dans une interview exclusive à la station de radio « La Voix de la Russie ».



    Lire aussi:

    S’agit-il de violations des droits de l’homme ou de mesures de précaution en Turquie?
    Moscou: le Conseil de l'Europe se méprend en évoquant une «situation difficile» en Crimée
    On ne peut plus faire comme avant: Berlin réoriente sa politique à l'égard d’Ankara
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik