Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    Les nationalistes se réfèrent à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale pour attiser les tendances antirusses

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    Les nationalistes se réfèrent à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale pour attiser les tendances antirusses et justifier les crimes des complices du fascisme hitlérien, écrit dans le journal britannique le député du parlement européen Gyula Hegyi.

    Les nationalistes se réfèrent à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale pour attiser les tendances antirusses et justifier les crimes des complices du fascisme hitlérien, écrit dans le journal britannique le député du parlement européen Gyula Hegyi.
    Rappelons que les autorités polonaises ont décidé récemment d’annuler l’ouverture de l’exposition russe sur l’emplacement du camp hitlérien Oswiecim. Quelques-unes des victimes ayant vécu avant la guerre sur le territoire polonais ont été présentées dans la partie russe du mémorial comme les citoyens soviétiques et c’est pour ça que les autorités polonaises ont adopté une telle décision. Il est difficile de s’imaginer un litige plus cynique. La citoyenneté des millions de personnes exterminées par les nazis, a-t-elle vraiment l’importance ?
    La décision de la Pologne a suivi l’adoption par les parlementaires estoniens de la loi sanctionnant le déplacement du monument au Soldat libérateur soviétique du centre de Tallin. Simultanément il a approuvé la loi reconnaissant les Estoniens ayant fait leur service dans l’armée allemande, notamment les unités SS, comme les combattants pour l’indépendance de l’Estonie. Le délai du service dans ces unités compte dans l’ancienneté pour l’allocation vieillesse tandis que le service dans l’Armée rouge n’est pas pris en considération. L’extrême droite lettone interprète elle aussi l’histoire à sa manière. Les marches des anciens combattants des légions lettones SS sponsorisées par l’Etat choquent tout le monde, même les amis américains et ouest-européens de la Lettonie. Au micro le vice-directeur de l’Institut d’études stratégiques et d’analyse Alexei Denissov :
    Cela traduit, à mon avis, le nationalisme et l’aspiration à se débarrasser de l’héritage soviétique et de l’influence russe. Ainsi, les nationalistes s’identifient en Estonie en tant que peuple seulement dans le contexte de l’opposition à la Russie. Une situation analogue s’ébauche en Pologne également. La même chose se produit en Ukraine où les nationalistes rendent la Russie responsable de la famine dans les années 30 ayant fait de multiples victimes. Selon l’expert, ce qui se produit dans les pays est-européens, c’est une maladie de la croissance dont seront atteintes plusieurs générations. Certes, il faut s’opposer à cet état d’esprit tout en restant calme et raisonnable. Il convient avant tout de faire renaître la Russie car les forts sont toujours attrayants.
    Cependant, poursuit l’auteur de l’article publié dans le journal « The Guardian », les récents événements dans les pays Baltes, en Pologne et en Ukraine ne sauront pas annuler le fait que des millions de soldats soviétiques ont péri en affranchissant l’Europe. Les monuments sont destinés à le confirmer. C’est un enseignement sérieux pour l’Europe de l’Est et le monde entier.

    Lire aussi:

    À Varsovie, des Polonais protestent contre la démolition des monuments soviétiques
    À Riga, la marche des légionnaires SS prend de l'ampleur
    La Russie appelle l’Europe à lutter ensemble contre la résurgence du nazisme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik