Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    UN MERCREDI MEURTRIER EN IRAK

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    Des nouveaux attentats meurtriers se sont produits en Irak. Les explosions, qui ont retenti à Bagdad, principalement dans les quartiers à majorité chiite, ont fait plus de 2OO tués et des centaines de blessés.

    Des nouveaux attentats meurtriers se sont produits en Irak. Les explosions, qui ont retenti à Bagdad, principalement dans les quartiers à majorité chiite, ont fait plus de 2OO tués et des centaines de blessés.
    Quelques heures avant les explosions, le premier-ministre irakien Nouri al- Maliki a promis que d’ici à la fin de l’année les militaires irakiens seront en mesure de sécuriser eux-mêmes les populations, rappelle notre observateur Vyatcheslav Soloviov. Mais les attentats qui se succèdent montrent que les autorités irakiennes et les forces coalisées ne sont pas à même de museler la violence, qui déferle sur le pays. Le vice-ministre russe des affaires étrangères Alexandre Iakovenko a commenté en ces termes les dernières informations provenant de l’Irak :
    Nous constatons avec regret que malgré toutes les mesures pour instaurer l’ordre légal, les structures fortes irakiennes, appuyées par les forces multinationales, ne parviennent pas à normaliser la situation militaro-politique dans le pays, notamment dans la capitale, dit Alexandre Iakovenko. Les explosions qui retentissent dans des marchés, des arrêts d’autobus et des mosquées montrent que la sécurité à Bagdad n’est assurée nulle part, pas même dans la zone verte, très protégée, où se trouvent des bâtiments gouvernementaux et plusieurs missions diplomatiques étrangères.
    La Russie condamne énergiquement toutes les formes et méthodes du terrorisme, quels que soient les raisons, invoquées par les organisateurs de ces crimes pour les justifier, a déclaré Iakovenko.
    Selon lui, l’avenir de l’Irak dépend avant tout de la capacité des leaders des principales forces politiques et des communautés ethniques et confessionnelles à agir d’un commun effort pour résoudre les problèmes les plus brûlants.
    D’autre part, il est évident que la présence des forces américaines en Irak ne contribue pas à normaliser la situation. La politique de l’administration Bush a subi un échec, ce qui est de mieux en mieux compris aux Etats-Unis eux-mêmes, dont plus de 6O% des habitants demandent que les forces étrangères soient évacuées de ce pays dans les plus brefs délais.

    Lire aussi:

    Al-Maliki: «la Russie doit avoir une présence militaire importante en Irak»
    Il est un peu trop tôt pour parler d'une «victoire totale sur Daech» en Irak
    Les Irakiens sont contre toute base militaire étrangère, y compris US, dans leur pays
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik