Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    L’attentat à Bagdad traduit le glissement de l’Irak vers une guerre civile

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    80 personnes ont péri et plus de 220 ont été blessées au centre de Bagdad suite à l’explosion d’un camion piégé près d’une mosquée chiite. Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki en a rendu responsables les extrémistes sunnites.

    80 personnes ont péri et plus de 220 ont été blessées au centre de Bagdad suite à l’explosion d’un camion piégé près d’une mosquée chiite. Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki en a rendu responsables les extrémistes sunnites.
    L’explosion d’hier est un attentat ayant entraîné les victimes sans précédent depuis ces deux derniers mois. Plus de 140 personnes ont péri hier en Irak où continue le conflit interconfessionnel armé. Ces données sont comparables aux pertes quotidiennes essuyées par l’Irak avant le début de l’opération en vue de garantir la sécurité de l’Irak engagée par les forces armées américaines au milieu de février 2007 à Bagdad et dans sa banlieue. Les mesures sévères appliquées à Bagdad après l’explosion de la mosquée à Samarrah n’ont pas contribué à prévenir une nouvelle vague de violence. Au micro l’expert de l’Institut russe d’études stratégiques Serguei Demidenko :
    Cet attentat traduit la tension entre les chiites et les sunnites. Plusieurs mosquées sunnites ont explosé en réponse à l’attentat. Les provocations non dissimulées, la destruction des choses sacrées annoncent une guerre civile. Les troupes coalisées retiennent pour le moment les chiites et les sunnites. Si ce tampon disparaît, l’Irak sera plongé dans l’abîme de la guerre civile.
    Prenant conscience d’un tel danger, le commandant des forces multinationales en Irak le général américain David Petreus a dit que la présence militaire étrangère dans ce pays pourrait durer plusieurs années. Une question s’impose : parviendra-t-on en cette période à stabiliser la situation en Irak ? La présence des unités étrangères sur son territoire excite constamment les radicaux chiites et sunnites. Le commandement des forces coalisées a mis le cap sans, bien sûr, le déclarer sur les détachements armés de sunnites ce qui est loin de contribuer à établir la paix en Irak.

    Lire aussi:

    Irak: le fossé entre Chiites et Sunnites aboutirait à la création d’un «nouveau Daech»
    Les Irakiens sont contre toute base militaire étrangère, y compris US, dans leur pays
    35 morts dans une double explosion en Irak: Daech revendique l’attaque
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik