Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    MOSCOU A SOMME LONDRES DE SUSPENDRE LES ACTIVITES DU BRITISH COUNCIL EN RUSSIE

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    Le Ministère russe des Affaires étrangères a qualifié la poursuite des activité

    Le Ministère russe des Affaires étrangères a qualifié la poursuite des activités des bureaux régionaux du Conseil britannique de « provocation intentionnelle, visant à faire monter la tension dans les rapports bilatéraux ». Les antennes de cette institution d’échanges culturels à St.Petersbourg et à Iekaterinbourg ont rouvert leurs activités après le Nouvel An malgré la demande de la partie russe d’en suspendre les travaux à partir du 1 janvier.
    L’ambassadeur britannique Anthony Brenton a été convoqué lundi au Ministère russe des Affaires étrangères. Il lui a été signalé que cette institution enfreint les lois en vigueur en Russie. Les autorités russes n’ont pas donné leur accord à l’ouverture du bureau central du Conseil, ni de ses antennes régionales. En outre, le Foreign Office n’a même pas adressé de demande en ce sens aux autorités russes. Le Ministère a déclaré qu’aucun Etat n’aurait permis d’ouvrir des centres culturels étrangers sur son territoire sans aucune justification juridique, de les doter de statut diplomatique et de les placer au-dessus de sa législation nationale.
    Puisque les appels de Moscou n’ont pas été entendus à Londres, la partie russe se voit dans l’obligation d’opter pour une série de mesures administratives et légales, conformes aux lois de la Russie et à la pratique internationale. Ecoutons le porte parole du Ministère russe des Affaires étrangères Mikhaïl Kamynine.
    Les autorités russes ouvriront prochainement les procédures nécessaires pour prélever les impôts impayés par l’antenne du Conseil britannique à St. Petersbourg. Moscou rejettera aussi les demandes de visas pour les nouveaux fonctionnaires britanniques, affectés à St. Petersbourg et à Iekaterinbourg pour assurer les activités du Conseil britannique dans les locaux des consulats généraux et les demandes de prorogation des visas des collaborateurs déjà en place, a déclaré Mikhaïl Kamynine.
    - Si le Conseil britannique continue à mener ses activités dans les régions, la partie russe se réserve le droit d’opter pour des mesures supplémentaires. Moscou espère, toutefois, que les partenaires britanniques s’abstiendront d’actions, susceptibles de provoquer une nouvelle confrontation, grosse de conséquences négatives pour les relations bilatérales.

    Lire aussi:

    Boris Johnson annule sa visite à Moscou, une «grave erreur» selon le parlement russe
    L’ambassadeur US convoqué au ministère russe des Affaires étrangères
    Zakharova explique pourquoi le ministère russe des Affaires étrangères est poli
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik