Ecoutez Radio Sputnik
    Actualités

    MOSCOU PRECONISE UNE APPROCHE PONDEREE DU PROBLEME DU KOSOVO

    Actualités
    URL courte
    0 1 0 0

    Le Ministère russe des Affaires étrangères a demandé aux participants au règlement au Kosovo d’éviter toute démarche, susceptible de déstabiliser la situation régionale.

    Le Ministère russe des Affaires étrangères a demandé aux participants au règlement au Kosovo d’éviter toute démarche, susceptible de déstabiliser la situation régionale.
    La déclaration, parue sur son site Internet, note que le Conseil de sécurité a examiné le nouveau rapport du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon sur l’activité de la mission onusienne au Kosovo. La discussion a confirmé aussi bien les différentes évaluations des résultats de ce travail, que le maintien des contradictions profondes au Conseil au sujet du futur statut du territoire. Le Ministère russe se montre préoccupé par les déclarations concernant la dégradation éventuelle de la situation et rappelle la responsabilité des forces internationales pour le maintien de la paix et du calme au Kosovo.
    Cela se rapporte en tout premier lieu aux leaders de la communauté albanaise, qui menacent de proclamer l’indépendance unilatéralement, et à leurs protecteurs en Occident. Il leur appartient de se rendre compte de la pleine mesure de leur responsabilité et des conséquences éventuelles que leurs actes risquent d’avoir. Voici ce qu’a déclaré à ce propos l’homme politique russe Evguéni Primakov.
    Si des actions anti- serbes commencent au Kosovo malgré la reconduction de la présence des forces de l’OTAN, un mouvement pour le rattachement à la Serbie aura lieu dans le nord du Kosovo, peuplé de Serbes. L’indépendance du Kosovo risque d’avoir des conséquences tragiques, de provoquer une guerre. Des opérations militaires pourraient y commencer, et si l’armée serbe n’y participe pas, il y aura assez de volontaires. On joue avec le feu, et il faut l’empêcher coûte que coûte, dit Evguéni Primakov.
    Le règlement du problème du Kosovo ne peut être unilatéral, il devrait se conformer au droit international. Toute solution est possible, mais uniquement sur la base d’un compromis qui arrange les deux protagonistes – Serbes et Albanais kosovars. Les événements de ces 8 dernières années – depuis l’agression de l’OTAN contre la Yougoslavie, qui a détaché le Kosovo de la Serbie – ont montré que les autres voies sont contre productives.

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    L’UE débloque 2 M EUR pour une campagne d’information en Serbie. Dans quel but?
    Crimée, Kosovo: le Président tchèque dénonce le «double standard»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik